Forfaits fiscaux: Des impôts contre un visa: les Chinois détrônent les Russes
Publié

Forfaits fiscauxDes impôts contre un visa: les Chinois détrônent les Russes

Les ressortissants de l’Empire du Milieu sont désormais les plus nombreux à «acheter» un permis d’établissement en échange d’une grosse facture fiscale.

La Suisse parvient à attirer quelques riches étrangers et à les taxer. Genève a particulièrement la cote. 

La Suisse parvient à attirer quelques riches étrangers et à les taxer. Genève a particulièrement la cote.

Landbote

S’installer en Suisse lorsqu’on est issu d’un pays tiers n’est pas une mince affaire. Mais quand on a des gros sous, ça aide. Un article de la loi sur les étrangers permet à certaines personnes très fortunées d’obtenir un permis d’établissement en échange du paiement d’impôts. Longtemps, les Russes étaient les plus nombreux à en profiter. Or, comme le relève le «Tages-Anzeiger», ceux-ci ont désormais été dépassés par les Chinois, «qui ont découvert cette porte d’entrée en Suisse».

Un demi-million par an

Le nombre de personnes concernées reste pourtant faible dans l’absolu. Environ 40 à 50 personnes par an sont admises grâce à cette disposition. La plupart s’installent dans le canton de Genève. Viennent ensuite le Tessin et Vaud.

Comme le relève le journal alémanique, les autorités cantonales sont peu bavardes sur les sommes payées au fisc par ces grosses fortunes, mais disent que la facture est «au moins à six chiffres». L’an dernier, la RTS avait appris que, dans les cantons de Vaud et de Genève, les montants d’impôts facturés étaient fixés à des minimums oscillant entre 300 et 400’000 francs par an.

Pas seulement une affaire de sous

À fin 2020, il y avait en Suisse 352 étrangers au bénéfice de ces accords. En plus des Russes et des Chinois, on retrouve également au sommet du classement des ressortissants des États-Unis, d’Arabie saoudite et du Brésil.

Comme le relève encore le «Tages-Anzeiger», la Suisse ne peut même pas être accusée d’être un véritable paradis fiscal en comparaison internationale. Plusieurs pays, comme Chypre, Malte ou le Portugal, sont encore plus généreux fiscalement lorsqu’il s’agit d’attirer les fortunes sur leur territoire. Or, selon un avocat genevois, un grand nombre de ces personnes optent pour la Suisse, notamment afin d’envoyer leurs progénitures dans les écoles privées qu’elle accueille.

(ywe)

Ton opinion

121 commentaires