France: Des inconnus boutent le feu à un dépôt de bus
Actualisé

FranceDes inconnus boutent le feu à un dépôt de bus

Un incendie d'origine criminelle a détruit dans la nuit une trentaine de bus dans un dépôt des transports en commun lyonnais.

Les salariés de la société qui exploite ces bus observent un mouvement de grève très dur depuis près d'une semaine.

«La piste criminelle est confirmée et c'est la police judiciaire qui est saisie», a déclaré à Reuters le procureur de la République de Lyon, Xavier Richaux.

Selon Bernard Tabary, directeur de Kéolis, la société qui exploite le réseau de transports en commun, c'est le jet d'un cocktail molotov qui a provoqué l'incendie. «Vers 02h30, un cocktail molotov a été jeté sous un bus du dépôt de Perrache et l'incendie de ce véhicule s'est propagé à 33 autres bus», a-t-il dit à la presse.

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, dénonce un «évènement d'une extrême gravité (qui) pénalise durablement le réseau de transport urbain» de la ville.

«Cet incendie maîtrisé à cette heure, qui a nécessité l'évacuation de 25 personnes d'un immeuble voisin et menacé une réserve de gazole, n'a heureusement pas fait de victimes», souligne Dominique Bussereau. «L'incendie a détruit 34 bus sur un dépôt qui en compte 80», a expliqué un porte-parole des pompiers.

Les salariés Transports en commun lyonnais (TCL) sont en grève depuis le 24 septembre. Fait inédit, le préavis de grève a été déposé jusqu'au 1er janvier. Il est reconductible toutes les 24 heures.

Depuis l'échec des négociations qui ont repris mardi après-midi entre direction et syndicats, un poignée de grévistes s'est barricadée au siège de Kéolis. Son directeur, Bernard Tabary, a lancé un appel aux salariés grévistes afin qu'ils condamnent l'incendie de la nuit et reprennent le service.

(ats)

Ton opinion