Etats-Unis: Des «indignés» interpellés à Boston
Actualisé

Etats-UnisDes «indignés» interpellés à Boston

Des «indignés» ont été arrêtés à Boston, mardi. A Chicago, des manifestants sont aussi descendus dans la rue lundi pour protester contre les inégalités économiques.

La police antiémeute a interpellé une centaine de personnes tôt mardi à Boston (côte nord-est des Etats-Unis) en dispersant une manifestation anti-Wall Street, a rapporté le quotidien «The Boston Globe».

Quelque 200 policiers en tenue antiémeute ont cerné peu après minuit une place de Boston occupée par les protestataires, inspirés par le mouvement «Occupons Wall Street», leur demandant de se disperser. Devant le refus des manifestants, ils les ont alors traînés sur le sol, avant de les menotter et de les embarquer, a raconté le journal.

Toujours selon «le Globe», les manifestants scandaient pendant ce temps «uni, le peuple ne sera jamais vaincu», «c'est une manifestation pacifique» et «le monde entier regarde».

La police de Boston n'a pu être jointe. Le même quotidien l'a néanmoins citée pour indiquer qu'un policier avait reçu un coup de poing au visage, mais que personne parmi les manifestants et les policiers n'avait été blessé.

Les manifestations d'indignation de ce genre se sont multipliées depuis trois semaines à travers le pays pour dénoncer la rapacité des milieux d'affaire et de la finance, jugée responsable de la crise économique, ainsi que la manière dont la bourse new-yorkaise de Wall Street interférerait avec la politique américaine.

Sur leur site http://occupywallst.org/ states, les organisateurs de ces mouvements ne s'étendent pas sur des revendications concrètes, mais affirment que «la chose que nous avons tous en commun est que nous sommes les 99% qui ne tolèreront plus la rapacité et la corruption du 1% restant».

A Chicago aussi

Des milliers de manifestants ont rallié lundi le centre-ville de Chicago pour protester contre les inégalités économiques. Les contestataires s'inspirent du mouvement des «indignés» de Wall Street qui ont débuté leur protestation à la mi-septembre à New York, la capitale financière des Etats-Unis.

Les organisateurs d'une plate-forme appelé «Standup Chicago» (Chicago debout), qui regroupe des professeurs, des responsables syndicaux et religieux, disent espérer que des milliers de gens prennent part à cinq défilés distincts «pour récupérer nos emplois, nos maisons et nos écoles». Environ 3000 personnes ont participé à la manifestation de lundi, selon la police.

Scandant «nous sommes les 99%» (en référence du 1% des Américains qui accaparent les richesses selon eux), des centaines de manifestants se sont retrouvés devant la réserve fédérale et la chambre de commerce de Chicago. Parmi les autres slogans, figuraient «Liquidez la Fed (la banque centrale des Etats-Unis)» ou «Pour l'annulation des baisses d'impôts de Bush».

«Nous voulons vraiment montrer le rôle qu'a joué le secteur financier (dans la crise)», a dit Adam Kader de «Arise Chicago» (Chicago lève-toi), une association de défense des travailleurs. Une autre manifestante, Wedad Yassin, étudiante à la Benedictine University, «ne veut plus que les impôts servent à faire la guerre» et désire que davantage de crédits soient alloués à l'éducation.

27 arrestations

Certains protestataires se sont réunis devant le bâtiment où se déroulait une réunion de la Mortgage bankers association of America, tandis que d'autres se sont attroupés devant un hôtel de luxe où se tenait une conférence d'une association financière.

Selon une manifestante, des centaines de manifestants ont pris le risque de se faire arrêter en organisant un «sit-in» sur l'avenue Michigan, la principale artère commerçante de la ville, et de bloquer la circulation. La police en a arrêté 27 qui scandaient «Sauvons nos écoles, sauvons nos maisons!».

(ats)

Ton opinion