Fauchage meurtrier: Des infrarouges pour sauver les faons
Actualisé

Fauchage meurtrierDes infrarouges pour sauver les faons

Les faons se cachent facilement dans les hautes herbes, risquant ainsi la mort, lorsque les faucheuses entrent en action.

Les faons risquent la mort dans les hautes herbes.

Les faons risquent la mort dans les hautes herbes.

Près de 2000 faons meurent chaque année, en mai et juin, happés par les griffes des faucheuses dans les champs. Pour éviter cette hécatombe, la Protection suisse des animaux (PSA) a testé dans toute la Suisse neuf appareils de détection infrarouge pouvant repérer les petits dans les hautes herbes. La plupart des paysans les ont trouvés efficaces et faciles à manier.

Le fauchage menace surtout les faons passant la journée seuls blottis dans les hautes herbes tandis que leur mère est partie en quête de nourriture, a précisé mardi la PSA. C'est vers le soir seulement que la mère revient vers son petit pour l'allaiter et le nettoyer. Le camouflage parfait, l'absence d'odeur propre et le comportement instinctif du faon cherchant à se rendre invisible compliquent beaucoup son repérage dans les herbes hautes. Cette judicieuse stratégie pour échapper au renard est toutefois sans effet contre la faucheuse.

Pour éviter un massacre, le paysan peut utiliser un appareil de détection infrarouge aux petites heures du jour lorsque la chaleur des faons tranche encore sur celle du sol froid. L'appareil est une barre télescopique en aluminium de 5,5 mètres de long sur laquelle sont fixés 10 capteurs. L'utilisateur tient la barre à hauteur de ventre et arpente le champ. Si un capteur décèle une source de chaleur, un signal retentit et le capteur concerné apparaît à l'écran.

Ne pas le toucher à mains nues

Le faon repéré ne devrait pas être pris à mains nues mais avec des gants, ou entouré de paille, pour être placé dans une caisse puis déposé à l'ombre, en bordure de champ. On marque l'endroit de la découverte et on évite de le faucher, laissant ainsi un îlot herbeux. Une fois la fauche terminée, on sort le faon de la caisse et le replace là où on l'avait trouvé, dans l'îlot d'herbes. Sa mère, restée le plus souvent en vue pendant la journée, l'y retrouvera.

Ces trois dernières années, avec des paysans IP-Suisse et des chasseurs, la PSA a testé neuf appareils infrarouges de sauvetage de faons dans toute la Suisse et déniché plusieurs faons lors de ces tests. Le commerce spécialisé vend des «sauveurs de faons» pour 2.500 francs environ.

Des études des stations de recherche Agroscope de Tänikon et Liebefeld ont montré que la fauche tuait aussi jusqu'à 24.000 abeilles à l'hectare. On peut éviter de tuer ces insectes en fauchant lorsqu'ils ne volent pas, donc le soir, la nuit ou tôt le matin. Il faudrait généralement renoncer à faucher un champ si on dénombre plus d'une abeille au mètre carré. (ap)

Ton opinion