23.10.2020 à 09:38

Scandale sur la ToileDes instagrameuses éjectées des réseaux

Depuis quelques semaines, plusieurs influenceuses romandes ont vu leurs comptes Instagram bloqués, mettant ainsi des années de travail en stand-by. Pour Renée Bäni, spécialiste en médias sociaux, c’est sans doute parce que le comportement des concernées s’apparente à celui d’un robot qu’Instagram a sévi.

von
Valentina San Martin
Instagram ne fait pas la différence entre une utilisation trop intense ou une activité robotisée. L’algorithme désactive tous les profils considérés comme douteux.

Instagram ne fait pas la différence entre une utilisation trop intense ou une activité robotisée. L’algorithme désactive tous les profils considérés comme douteux.

Instagram

Des milliers de followers, des collabs, des contacts… Et en l’espace de quelques secondes, les comptes Instagram de plusieurs influenceuses ont été bloqués, sans prévenir. Coachs sportives, fashionistas ou amatrices de beauté et de lifestyle, aucun business ne semble épargné.

Caroline, une Neuchâteloise plus connue sous le pseudo Lymifashion et qui affiche 18’000 followers, en fait partie. «C’est un compte que j’avais depuis cinq ans. Heureusement, je ne vis pas de mes activités sur Instagram. Sinon, comment ferais-je pour payer mes factures?!» s’insurge la jeune femme. C’est après avoir signalé un faux profil à son nom que son compte a été désactivé. Le comble: le réseau social l’informe qu’elle aurait utilisé une fausse identité.

Après avoir tenté de prendre contact avec le réseau social maintes fois, Caroline est restée sans nouvelles. Elle a donc créé un nouveau profil avec un peu moins de 2000 abonnés en guise de solution temporaire. Malheureusement, impossible de récupérer tous ses followers en une poignée de jours, pas plus que ses partenariats. Une marque avec laquelle elle travaille a d’ailleurs refusé qu’elle publie un contenu sur ce nouveau compte, évoquant que sa communauté était trop petite.

Caroline a raconté son histoire en story en guise de prévention pour les potentielles autres victimes.

Caroline a raconté son histoire en story en guise de prévention pour les potentielles autres victimes.

Instagram @lymi_life

Plusieurs témoignages

Quelques jours plus tard, c’est au tour de Christèle, une fitness girl valaisanne: son profil Instagram beexfit.chris a été bloqué ainsi que son compte WhatsApp, les deux réseaux étant liés à son numéro de téléphone mobile. La raison: la jeune femme aurait violé les conditions d’utilisation du réseau social. Elle se dit toutefois étonnée puisqu’elle n’aurait jamais fait quoi que ce soit d’illicite sur la Toile. «Heureusement, c’est mon compte perso qui a été touché et pas celui de mon entreprise. Mais étant l’image de ma société, c’est problématique. Beaucoup de clientes m’écrivent souvent sur ce compte, par exemple.»

Si la première influenceuse a réussi à récupérer son compte après trois semaines, la seconde a trouvé une alternative: «Après avoir fait des pieds et des mains, j’ai trouvé un vieil échange datant de 2012 avec WhatsApp. Mes comptes ont été réactivés trois jours après.»

Depuis que les deux jeunes femmes ont partagé leur histoire sur les réseaux, d’autres influenceuses se sont manifestées. Parmi elles, Mélissa ou mamma.melissa, une influenceuse française qui comptait quelque 21’000 abonnés. Bloquée depuis mi-octobre, la jeune femme s’est résolue à créer un nouveau profil comptant dix fois moins de followers. Sur son nouveau compte, Mélissa explique qu’une page factice utilisant ses propres photos a été créée. Elle signale aussi avoir travaillé plus de quatre ans sur le réseau: «C’est grâce à Insta que je vis financièrement parlant. Je ne peux pas me permettre de ne plus rien avoir du jour au lendemain.» De son côté, dans un message automatique, le réseau social lui a signifié qu’elle aurait prétendu être quelqu’un d’autre.

Instagram s’est contenté d’une réponse automatique.

Instagram s’est contenté d’une réponse automatique.

Instagram @mamma.melissa1022

Être influenceuse: une passion et pas un gagne-pain

D’après Renée Bäni, spécialiste et enseignante en médias sociaux, il est vrai que pour les personnes actives dans le milieu, se faire suspendre ou bloquer temporairement peut être problématique, notamment en ce qui concerne leurs collaborations.

«Certaines sociétés ne sont pas prêtes à rémunérer les influenceurs si ceux-ci ne peuvent pas garantir un certain nombre de vues, explique la spécialiste. En dessous de 50’000 abonnés, il me semble difficile d’espérer vivre pleinement de son activité sur Instagram. En d’autres termes, rares sont les gens qui dépendent à 100% de leur activité sur le réseau social, surtout en Suisse.» Instagram est donc une activité annexe qui permet de mettre un peu de beurre dans les épinards. On y gagne beaucoup de cadeaux, mais très peu d’argent.

Techniques interdites ou activité intense: Instagram sanctionne

En plus des collabs, Instagram c’est aussi beaucoup d’investissement et de temps pour construire son image et sa communauté. «Mais il arrive que certains achètent des followers ou fassent appel à des robots, des bots comme on les appelle dans le jargon. Le but: booster sa popularité plus ou moins rapidement. En fait, l’utilisatrice achète une app et lui dicte ses actions comme liker un certain type de hashtags ou d’images et commenter certaines photos dans l’espoir d’être visible et donc suivie», précise Renée Bäni. Ces activités n’étant pas autorisées par Instagram, les personnes ayant eu recours à ces stratagèmes peuvent se retrouver soit bloquées temporairement, soit suspendues si elles ont persisté malgré divers blocages. «En fait, du moment que le réseau social assiste à une trop grosse activité en trichant ou non, le profil est épinglé.» D’autres raisons pourraient également expliquer la désactivation d’un compte comme divers signalements de la part d’autres utilisateurs, des publications inappropriées, le non-respect du copyright ou des connexions avec diverses adresses IP. Si certaines de nos interlocutrices avouent avec regret avoir eu recours à des techniques interdites au début de leur carrière, elles se disent toutefois étonnées d’en faire potentiellement les frais aujourd’hui.

Récupérer son compte: une tâche ardue

Entrer en contact avec Instagram en cas de problème est une affaire très compliquée. Dans un premier temps, il faut déposer une réclamation puis remplir un formulaire. Sans compter que le temps de traitement peut parfois être long. «Ce manque de communication est typique mais surtout paradoxal pour un réseau social, note Renée Bäni. Le seul moyen d’entrer en contact direct avec quelqu’un, c’est d’être un publicitaire. Dans ce genre de cas, il n’y a généralement pas de souci.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!