Berne: Des institutions craignent une pénurie de civilistes
Actualisé

BerneDes institutions craignent une pénurie de civilistes

Si les civilistes se raréfient, plusieurs institutions craignent une baisse de qualité importante dans plusieurs domaines. Elles ont écrit aux parlementaires et à Guy Parmelin.

par
rmf
De nombreux civilistes sont par exemple affectés dans des homes pour personnes âgées, ou d'autres domaines de la santé ou du social, rappelle le quotidien.

De nombreux civilistes sont par exemple affectés dans des homes pour personnes âgées, ou d'autres domaines de la santé ou du social, rappelle le quotidien.

Keystone

Si les civilistes se raréfient, la qualité des services de nombreuses institutions va baisser. C'est la mise en garde qui a été envoyée par 282 établissements dans des domaines les plus divers aux parlementaires ainsi qu'au conseiller fédéral Guy Parmelin, révèle «24 heures». Et cela tout juste dix jours après l'annonce de ce dernier qui souhaite durcir l'accès au service civil pour protéger les effectifs de l'armée.

«Les plantes nuisibles envahiraient plus rapidement nos paysages, les personnes âgées pourraient voir leur état de santé empirer plus rapidement, des enseignants pourraient être en surcharge», préviennent les signataires de la missive, tant des associations caritatives que culturelles, des fondations, des homes, des musées, des établissements scolaires ou encore des agriculteurs. Ceux-ci ajoutent que rien ne prouve que ce soit l'attrait du service civil qui menace les effectifs de l'armée, et que les admissions de civilistes sont déjà en recul.

Ton opinion