Achats: Des jouets contrôlés de près par les autorités
Actualisé

AchatsDes jouets contrôlés de près par les autorités

Une opération de contrôle de la sécurité des jouets a été menée lundi en Haute-Savoie (F). A Genève, plus de 160 jouets ont été prélevés en 2015. Trois ont été retirés du marché.

par
Léonard Boissonnas
Une opération a été menée lundi en Haute-Savoie.

Une opération a été menée lundi en Haute-Savoie.

Kein Anbieter/Préfecture de Haute-Savoie

La préfecture de Haute-Savoie (F) a mené lundi une opération de contrôle de la sécurité des jouets dans un grand magasin d'Epagny, l'occasion pour les autorités françaises de montrer les actions effectuées tout au long de l'année pour sécuriser les consommateurs. Près de 140 contrôles ont été réalisés depuis le 14 novembre dernier dans le cadre de l'opération de fin d'année. Ils ont été faits dans des points de vente alimentaire et non alimentaire, qu'il s'agisse de commerces ou encore sur les marchés de Noël, précise la préfecture. En 2014, dans le cadre d'un dispositif similaire, 189 contrôles avaient abouti 66 avertissements et 6 procès-verbaux, ainsi qu'à quatre mesures de police administrative. Les principaux manquements constatés sur des jouets concernaient entre autres des prix non concordants en rayon et en caisse ou des jouets en bois qui n'étaient pas marqués selon la norme européenne CE.

Jouets pour les tout-petits en priorité

Dans le canton de Genève, des contrôles sont menés tout au long de l'année par campagne dans les commerces. Même si tous les types de jouet sont visés, la priorité est donnée à ceux destinés aux tout-petits, jusqu'à l'âge de 6 ans, notamment à cause des risques d'exposition par la bouche. Outre la vérification de la traçabilité des produits, des analyses chimiques sont effectuées pour détecter les matières prohibées.

Matières à risque

En 2015, 162 jouets ont été prélevés, indique le Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV). Phtalates interdits, métaux dépassant les normes autorisées ou tissus à composants cancérigènes ont été traqués. Trois échantillons n'étaient pas conformes à la législation. Le problème portait sur un risque de contact avec du nickel. L'importateur a été contacté et les jouets concernés ont donc été retirés du marché. «Il peut y avoir des amendes dans certains cas, lorsqu'il y a récidive ou négligences graves par exemple», précise Patrick Edder, chimiste cantonal. Ce dernier souligne que l'inspection des jouets représente de 20 à 25% des contrôles menés par l'équipe du SCAV responsable des objets usuels.

Contrôles douaniers

L'Administration fédérale des douanes (AFD) effectue ses contrôles sur la base d'une analyse de risques, indique-t-elle. Les contrôles interviennent de manière ciblée. De plus, des interventions demeurent possibles sur la base d'indications transmises par d'autres offices (Office fédéral de la santé publique, ou Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, par exemple), mais également sur la base d'annonce des autorités étrangères. S'il y a un risque pour la santé, l'envoi est intercepté et transmis aux laboratoires cantonaux compétents pour analyse. S'il y a une violation de la loi sur les douanes ou de la TVA, c'est l'AFD qui ouvre une procédure pénale. S'il y a une violation d'une autre loi (santé, armes, propriété intellectuelle etc.), l'office compétent statue sur les mesures à prendre, de la libération assortie de charges à la destruction de la marchandise, précise l'AFD.

Ton opinion