Dynastie des Romanov – Des joyaux de la famille impériale russe mis aux enchères à Genève
Publié

Dynastie des RomanovDes joyaux de la famille impériale russe mis aux enchères à Genève

Une broche, des boucles d’oreilles et des bagues, tous ayant appartenu à la grande-duchesse Maria Pavlovna, tante de Nicolas II, vont être vendues mercredi par la maison Sotheby’s.

1 / 4
Une parure en saphirs de Ceylan et diamants, composée de boucles d’oreilles à clips et d’une broche, va être vendue ce mercredi chez Sotheby’s, à Genève. Ces bijoux ont appartenu à la tante du tsar Nicolas II.

Une parure en saphirs de Ceylan et diamants, composée de boucles d’oreilles à clips et d’une broche, va être vendue ce mercredi chez Sotheby’s, à Genève. Ces bijoux ont appartenu à la tante du tsar Nicolas II.

REUTERS
Lors de la vente mercredi à Genève, Sotheby’s va aussi proposer deux diamants de taille carrée absolument identiques, pesant chacun 25,88 carats et montés en boucle d’oreille. Le lot est estimé entre 4,4 millions et 5,4 millions de dollars.

Lors de la vente mercredi à Genève, Sotheby’s va aussi proposer deux diamants de taille carrée absolument identiques, pesant chacun 25,88 carats et montés en boucle d’oreille. Le lot est estimé entre 4,4 millions et 5,4 millions de dollars.

REUTERS
Une bague sertie d’un diamant rose-orange (ici à gauche) devrait aussi faire grimper les enchères. Pesant 25,62 carats, elle est évaluée entre 3,8 et 5,8 millions de dollars. Au centre, une bague en tourmaline et diamants de 9,88 carats et à droite, un diamant rose-orange de 25,62 carats.

Une bague sertie d’un diamant rose-orange (ici à gauche) devrait aussi faire grimper les enchères. Pesant 25,62 carats, elle est évaluée entre 3,8 et 5,8 millions de dollars. Au centre, une bague en tourmaline et diamants de 9,88 carats et à droite, un diamant rose-orange de 25,62 carats.

REUTERS

Une broche et une paire de boucles d’oreilles à clips ayant appartenu à la famille du dernier tsar de Russie, de la dynastie des Romanov, vont être proposées aux enchères mercredi à Genève par Sotheby’s. Cette parure en saphirs et diamants était la propriété de la tante du tsar Nicolas II, la grande-duchesse Maria Pavlovna (1854-1920), qui l’avait fait sortir de Russie à la suite du mouvement révolutionnaire de 1917 qui mis fin au régime tsariste.

La grande-duchesse avait une passion légendaire pour les bijoux. Et «à la révolution, elle a confié ses bijoux à un homme de confiance, le diplomate anglais Albert Henry Stopford (1860-1939) «qui s’est chargé de les mettre en sécurité à Londres», explique Olivier Wagner, expert chez Sotheby’s.

Un voyage de Russie à Londres, via la Scandinavie

«Après un périple incroyable à travers tous les pays de la Scandinavie, il est arrivé à Londres par bateau, où il a déposé les bijoux dans un coffre bancaire, dont la fameuse parure en saphirs et diamants. La grande-duchesse a été une des dernières Romanov à quitter le pays, en 1919. C’est seulement en 1920 qu’elle a retrouvé toute sa collection de bijoux à Londres.»

La parure est sertie de saphirs de Ceylan d’un bleu profond, qui n’ont pas été chauffés pour être améliorés. «La pierre au centre de la broche pèse plus de 26 carats et, sur les boucles d’oreilles, vous avez deux pierres de plus de 9 et plus de 6 carats», souligne Olivier Wagner, en tenant dans ses mains la broche, de la taille similaire d’un œuf.

En 2009, ces bijoux avaient déjà été mis aux enchères par la maison britannique. Ils avaient alors été achetés par une famille princière européenne pour presque 500’000 dollars. «Aujourd’hui, l’estimation est entre 300’000 et 500’000 dollars, une estimation très conservatrice vu que le marché des saphirs a aussi beaucoup progressé dans les dix dernières années», analysé l’expert, qui s’attend à un «très bon résultat».

Un diamant rose-orange de 25,62 carats monté sur bague

En 2009, des bijoux ainsi que des objets ayant appartenu à Maria Pavlovna avaient été retrouvés dans des archives du gouvernement suédois et rendus aux héritiers de la famille impériale russe. La grande-duchesse, qui avait fui la Russie devant l’avancée des forces bolcheviques, est morte en septembre 1920 dans la station thermale de Contrexéville, dans l’est de la France.

Lors de la vente mercredi à Genève, Sotheby’s va aussi proposer deux diamants de taille carrée absolument identiques, pesant chacun 25,88 carats et montés en boucle d’oreille. Le lot est estimé entre 4,4 millions et 5,4 millions de dollars.

Une bague sertie d’un diamant rose-orange devrait également faire grimper les enchères. Pesant 25,62 carats, il est évalué entre 3,8 et 5,8 millions de dollars.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires