Tadjikistan: Des législatives entachées de fraude
Actualisé

TadjikistanDes législatives entachées de fraude

Le parti au pouvoir au Tadjikistan a remporté les élections législatives organisées dimanche.

Il a obtenu plus de 65% des suffrages. Toutefois, le principal parti d'opposition et des observateurs européens sur place ont fait état de fraudes massives.

Le Parti démocratique populaire du Tadjikistan (PDPT), dirigé par le président Emomalii Rahmon, occupera la grande majorité des 63 sièges du Parlement. Trois partis politiques alliés se partagent le reste. Le Parlement a été créé en 1999 dans cette ex-République soviétique d'Asie centrale.

Pour la première fois, le Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (IRPT), n'a obtenu aucun siège pour n'avoir conquis que 1,5% des voix. Cette formation est pourtant le deuxième parti du pays en nombre d'adhérents et la seule opposition à M. Rahmon, au pouvoir depuis 22 ans.

Le président de l'IRPT, Muhiddin Kabiri, a déclaré lundi que ce vote «ne correspond pas à la réalité». Il a affirmé que son parti refuse de reconnaître les résultats donnés par la commission électorale du Tadjikistan.

«Nous savions qu'il y aurait des pressions et que cela ne serait pas facile pour nous, mais nous ne nous attendions pas à un tel résultat», a ajouté M. Kabiri. Le porte-parole de l'IRPT, Mahmudzhon Faizrakhmonov, a par ailleurs été détenu par la police lundi.

Environ 500 observateurs internationaux ont supervisé cette élection. «L'honnêteté de ce vote ne peut être garantie», a indiqué le chef de la délégation du Parlement européen sur place, Norbert Neuser. Il a signalé «d'importants problèmes, y compris au niveau des bulletins de vote et des urnes, et du manque de respect des procédures de comptage». (ats)

Ton opinion