Des Libano-Genevois font un «sitting» au Molard
Actualisé

Des Libano-Genevois font un «sitting» au Molard

Il est de plus en plus difficile de joindre le Liban par voie téléphonique. Un mouvement genevois de Libanais s'organise pour informer la population.

Afin de sensibliliser les Genevois sur le drame qui se joue au Proche-Orient, le mouvement Coordination des citoyens du Liban et des amis du Liban va se rassembler dès aujourd'hui et jusqu'à l'arrêt des bombardements sur la place du Molard. «Nous serons là tous les jours de 17 h 30 à 19 h 30 et allons distribuer un tract quotidien relatant ce qui se passe au pays, explique Souha Béchara, Genevoise d'origine libanaise et coïnstigatrice du projet.

Non loin de là, aux Pâquis, le poste de télévision d'un restaurant oriental diffuse l'information continue de la chaîne Al-Jazira. Les nouvelles relatent aux clients arabophones les derniers événements survenus au Pays du Cèdre.

«Je n'arrive plus à joindre mes proches restés au pays, s'inquiète Adel*, un client libanais vivant à Genève depuis dix ans. J'ai appris aux infos que des dizaines de civils avaient été tués lors d'un raid israélien sur mon village. Pourquoi cette indifférence de la communauté internationale? Même à Genève, je n'ai pas confiance. J'ai peur que mon nom ne soit cité et que ma famille ne subisse des représailles là-bas.»

Dans d'autres lieux, le même bulletin d'information tourne en boucle et la même inquiétude se lit sur les visages de ceux qui comprennent l'ampleur de l'enjeu.

Shahïn Ammane

* Prénom fictif.

Ton opinion