France: Des maires interdisent les shows de Dieudo
Actualisé

FranceDes maires interdisent les shows de Dieudo

Les maires de plusieurs villes françaises ont annoncé leur décision d'interdire les spectacles de l'humoriste, accusé de diffuser un «message de haine». Ce dernier a porté plainte pour «diffamation».

Une chose est sûre: les représentations de Dieudonné à Nyon sont maintenues.

Une chose est sûre: les représentations de Dieudonné à Nyon sont maintenues.

François Hollande a exhorté mardi les représentants de l'Etat à être «inflexibles» face à Dieudonné. «Je demande aux représentants de l'Etat, en particulier aux préfets, d'être vigilants et inflexibles», a déclaré mardi François Hollande lors de ses voeux aux corps constitués.

Le ministre français de l'Intérieur Manuel Valls a transmis lundi une circulaire aux maires et préfets en vue d'empêcher la tournée de Dieudonné M'Bala M'Bala, condamné à de multiples reprises pour incitation à la haine raciale.

Ces derniers peuvent interdire au cas par cas les spectacles de l'humoriste, qui doit entamer jeudi son tour de France à Nantes. Une mesure au niveau national est au contraire juridiquement impossible.

Juppé précurseur

Le préfet du Département de la Loire-Atlantique a signé mardi l'interdiction du spectacle prévu à Nantes. Dieudonné a d'ores et déjà fait savoir qu'il contesterait cette mesure devant le Tribunal administratif, selon ses avocats.

Jean Germain, le maire socialiste de Tours (Indre-et-Loire), a annoncé mardi qu'il interdisait le spectacle qui devait avoir lieu le 10 janvier au Centre des congrès du Vinci. Le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé avait lui aussi décidé la veille d'interdire le show prévu le 26 janvier dans sa ville, après avoir pris connaissance de la circulaire adressée par Manuel Valls.

Celui de Marseille, Jean-Claude Gaudin, également UMP, a réaffirmé le même jour sa volonté de voir interdire le programme prévu le 2 février.

Arrêtés d'interdiction annulés

Dans le passé, l'humoriste a obtenu systématiquement l'annulation devant les tribunaux des arrêtés d'interdiction de ses spectacles au nom de la liberté d'expression et de réunion. Dans un communiqué, ses défenseurs annoncent le dépôt d'une plainte pour atteinte à la vie privée, de huit plaintes en diffamation, et la saisine de la Cour de justice de la République à la suite des accusations portées par Manuel Valls.

De nombreuses associations juives ou de défense des droits de l'homme appellent de leur côté à mobiliser contre des spectacles qui «sont en réalité des meetings où l'on prêche le négationnisme et la haine des Juifs». Le président de l'association des Fils et Filles des déportés juifs de France, Serge Klarsfeld, a lancé un appel à manifester mercredi devant le Zénith de Nantes, où plus de 5000 personnes sont attendues le lendemain pour le spectacle de Dieudonné.

Eviter la publicité indirecte

Du côté de Nyon (VD), où Dieudonné doit présenter «Le Mur» début février au Théâtre de Marens, aucune interdiction n'est prévue. «Nous sommes au courant des frasques et des dérapages verbaux de ce Monsieur et les condamnons fermement», a indiqué mardi Olivier Mayor, municipal chargé de la Culture sur les ondes de la RTS.

Reste que, après l'affaire de la Ville de Genève - qui avait été déboutée par le Tribunal fédéral pour avoir refusé de louer une salle à l'humoriste -, les autorités nyonnaises préfèrent s'abstenir. Et éviter par la même occasion de faire de la publicité indirecte à ce spectacle, a précisé M. Mayor. (20 minutes/ats)

Dieudonné réplique

Les avocats de l'humoriste ont déposé divers plaintes dont une contre Manuel Valls, selon un communiqué publié mercredi. Dans le détail, Me Sanjay Mirabeau et Me David de Stefano annoncent une plainte «pour atteinte à la vie privée», qui vise BFM et France 2 pour les images en caméra cachée du spectacle de Dieudonné. Ils ont également déposé «huit plaintes pour diffamation» contre plusieurs médias, «Le Monde», RTL, «Le Figaro», «Libération», «Le Bien Public» et contre le président du Crif, le conseil représentatif des institutions juives de France Roger Cukierman. Ils ont également saisi la Cour de Justice de la République «à la suite des accusations attentatoires à l'honneur et à la considération tenues par monsieur Manuel Valls, dans le cadre de ses responsabilités professionnelles.»

Ton opinion