Des mamans d'adoption prennent soin d'un bébé manchot

Actualisé

Des mamans d'adoption prennent soin d'un bébé manchot

Comme toutes les mères, lorsque Caitlin Hume rentre à la maison, elle n'a pas fini son travail.

Elle doit encore préparer la soupe de hareng au krill, donner à manger et coucher le bébé... manchot.

Depuis quelques semaines, elle s'occupe en effet, alternativement avec une collègue biologiste de l'Aquarium de Nouvelle-Angleterre, Heather Urquhart, d'un manchot pygmée d'un peu plus de 600 grammes, qui a été rejeté par ses parents après une éclosion difficile.

Chaque soir, l'une ou l'autre ramène chez elle le petit, au duvet gris-bleu, dans une glacière, confortablement emmailloté dans une serviette blanche.

Une fois arrivé, le poussin, à qui on n'a pas donné de nom, âgé de moins de 50 jours, attend que maman Caitlin prépare au mixeur un mélange de filet de hareng et de krill (sorte de petite crevette) cuit ensuite à une température très douce de 37 degrés.

Le bébé manchot est nourri quatre fois par jour avec cette mixture amère, qui ressemble à du chocolat liquide, à l'aide d'une seringue à embout spécial.

«Après son repas, il pépie pendant quelques temps, puis il va se coucher, explique Caitlin Hume. Il dort d'un sommeil de plomb jusqu'au repas suivant», vers 5h du matin. Durant la journée, on s'occupe de lui à l'aquarium, bien loin des visiteurs.

Le manchot pygmée ou petit manchot bleu, originaire d'Australie et Nouvelle-Zélande, fait partie des trois espèces de manchots représentées à l'Aquarium de Nouvelle-Angleterre, avec le manchot du Cap (originaire d'Afrique du Sud) et le gorfou sauteur (qu'on trouve habituellement le long de l'Argentine et dans les Iles Malouines).

Selon les explications d'Andrea Desjardins, une biologiste de l'aquarium, l'équipe surveillant les manchots avait remarqué un oeuf qui avait dépassé d'une semaine son délai d'incubation (38 jours). Après avoir découvert que le poussin se développait toujours, ils ont accéléré le processus en enlevant quelques petits bouts de coquille pour permettre au poussin d'éclore. Mais quand le petit a été rendu à ses parents pour qu'ils l'élèvent normalement, ceux-ci l'ont rejeté.

«Après avoir été séparés aussi longtemps de l'oeuf, on aurait dit qu'ils s'étaient désintéressés du poussin», a expliqué le spécialiste des manchots. Privé de chaleur et de nourriture, le petit aurait pu mourir, c'est pourquoi les mamans d'adoption sont intervenues.

Heather Urquhart, l'autre maman, admet qu'elle est parfois inquiète quand vient le tour de sa collègue de prendre le bébé manchot chez elle. Quand il est chez elle, il lui arrive qu'elle se réveille durant la nuit pour voir si tout va bien. Heather s'occupe d'animaux à son domicile depuis la création de l'aquarium, il y a vingt ans.

«Cela crée un sentiment spécial. On se sent comme partie prenante d'un processus très particulier. On aide à la venue au monde d'une nouvelle vie», a-t-elle observé.

Le petit manchot pygmée se porte de mieux en mieux et pourra bientôt rejoindre les autres bébés manchots d'ici la fin du mois de mai. Les biologistes pourront se prononcer sur le sexe de l'animal dès qu'il aura trois mois. (ap)

Ton opinion