Squatters délogés à Berne: Des manifestants cassent tout sur leur passage
Publié

Squatters délogés à BerneDes manifestants cassent tout sur leur passage

Environ 300 personnes se sont rassemblées mercredi soir à Berne pour protester contre le délogement des squatters de l'Effingerstrasse, survenu dans la journée. Elles ont causé des dégâts pour plusieurs dizaines de milliers de francs.

par
miw/ofu
1 / 13
25.02 La police a dû se déployer samedi soir à Berne pour empêcher un nouveau rassemblement non autorisé.

25.02 La police a dû se déployer samedi soir à Berne pour empêcher un nouveau rassemblement non autorisé.

Lecteur reporter
25.02 Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et les manifestants.

25.02 Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et les manifestants.

Lecteur reporter
25.02 Une dizaine de personnes ont été blessées.

25.02 Une dizaine de personnes ont été blessées.

Lecteur reporter

Environ 300 personnes ont pris d'assaut la capitale, mercredi soir vers 20h30. Les manifestants se sont rassemblés via Facebook pour protester contre le délogement survenu plus tôt dans la journée des occupants d'une bâtisse appartenant à l'Office fédéral des constructions et de la logistique (OFCL). Les individus ont causé d'innombrables dégâts sur leur passage.

Selon les estimations des forces de l'ordre, le montant des dégâts matériels s'élève à plusieurs dizaines de milliers de francs. Plusieurs vitrines ont été brisées, des autos endommagées, des pneus volés et des façades taguées. Dans un communiqué publié ce jeudi, la police précise qu'après avoir constaté les dépradations, elle a décidé de bloquer et de mettre un terme à la manifestation.

Balles en caoutchouc

Comme plus tôt dans la journée, les agents ont une nouvelle fois été attaqués. Cette fois, les manifestants ont lancé sur eux des pétards, des verres remplis de peinture, des pierres ainsi que des engins pyrotechniques.

Selon la «Berner Zeitung», les policiers ont également été attaqués avec des barres de fer et des tables. Pour se défendre, la police a dû faire usage de balles en caoutchouc. A la connaissance des forces de l'ordre, il n'y a pas eu de blessés. La police a procédé à plusieurs contrôles d'identité.

Le porte-parole de la société des transports publics Bernmobil, Rolf Meyer, est consterné: «Nous souffrons à cause de ces vandales. Les manifestants cassent tout sans qu'il y ait le moindre lien avec leurs revendications.» Le groupe d'individus a non seulement détruit plusieurs arrêts de bus, mais également endommagé des automates à billets.

Spur der Zerstörung nach Demo in der Länggass

Rund 300 Personen protestierten mit einem Umzug gegen die polizeiliche Hausräumung an der Effingerstrasse in Bern.

Ton opinion