Actualisé 22.01.2014 à 12:09

Montreux (VD)Des manifestants donnent de la voix

La conférence de paix sur la Syrie a débuté mercredi sans accroc notable. Des manifestants ont néanmoins contraint la police à intervenir pour permettre aux dernières délégations d'arriver.

Dans un cadre idyllique, avec des montagnes enneigées et ensoleillées surplombant un lac Léman resplendissant, Genève 2 a redonné à Montreux l'effervescence internationale qu'elle avait connue il y a quatre ans lors du Sommet de la Francophonie.

Hormis le bord du lac près du Montreux Palace, la ville restait pourtant fort paisible. Seule une présence policière marquée dès la sortie de l'autoroute et des rues barrées montraient la tenue d'un événement exceptionnel.

Pas de problème

«Cela se passe très bien», a affirmé Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale vaudoise. Une dizaine de délégations supplémentaires se sont annoncées ce week-end et il a fallu réorganiser le dispositif de protection.

La police a aussi dû assurer la sécurité de plusieurs rencontres bilatérales, selon le responsable. Deux manifestations, des pro-Assad et de l'opposition, ont tout de même un peu troublé les scénarios.

Manifestants encombrants

«On a compté jusqu'à 120 personnes», note Jean-Christophe Sauterel. Réunis sur la route proche de l'entrée du centre de congrès, les partisans de Bachar Al-Assad ont fini par presque bloquer l'accès des convois routiers. La police a dû appeler des renforts pour dégager la chaussée et permettre ainsi aux dernières délégations de rejoindre le centre.

«On fait entrer les salafistes chez nous, Bachar, c'est le peuple qui le veut», ont déclaré des manifestants venus de différents pays d'Europe, en soulignant qu'ils refusent toute paix concoctée par des étrangers en dehors de la Syrie. Pour libérer la rue, «on discute pas, on pousse», a lancé un policier, ce qui a fonctionné et a finalement ramené les manifestants sur le trottoir.

Foule de journalistes

L'afflux médiatique à la conférence de paix sur la Syrie a visiblement surpris les responsables et allongé la file d'attente pour les contrôles de sécurité. Alors qu'il était question de 300 à 400 journalistes, ce sont finalement près de 1000 personnes qui ont été accréditées.

«Ca bat les records», relève une responsable de l'ONU. «Nous sommes un peu débordés», reconnaît-elle, en remarquant un réseau wifi à la peine. Montreux devrait retrouver sa quiétude dès jeudi soir, prévoit Jean-Christophe Sauterel. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!