Actualisé 28.06.2020 à 16:26

Climat

Des médecins militants couchés sur le bitume pour alerter les passants

La branche médicale d'Extinction Rebellion a manifesté samedi après-midi à Lausanne pour alerter les passants aux dangers du réchauffement climatique.

1 / 3
Le personnel médical s’est couché au sol pour dessiner le logo d’Extinction Rebellion.

Le personnel médical s’est couché au sol pour dessiner le logo d’Extinction Rebellion.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
L'ancien médecin cantonal Jean Martin était notamment de la partie.

L'ancien médecin cantonal Jean Martin était notamment de la partie.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Un cercueil a pris place en tête du cortège.

Un cercueil a pris place en tête du cortège.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Environ 80 professionnels de la santé ont mené une action samedi après-midi à Lausanne. Issus de la branche médicale d'Extinction Rebellion (Doctors for XR), ils ont joué une pièce théâtrale pour alerter les passants sur les répercussions du réchauffement climatique.

Majoritairement vêtus de blouses blanches, portant des masques avec le symbole d'XR, les professionnels de la santé se sont réunis dès 14h00 sur la place de l'Europe. Tandis que deux oratrices narraient les catastrophes à venir en lien avec la crise climatique, les militants se couchaient tour à tour sur le bitume pour former le logo d'XR.

«L'humain ne peut pas survivre à partir de certaines températures. Des régions du monde vont devenir inhabitables», a déclaré l'une des manifestantes. En guise d'accessoires, les militants portaient un cercueil avec l'inscription «Notre futur» et un thermomètre géant. Parmi les banderoles, on pouvait notamment lire «L'inaction du gouvernement tue».

Ancien médecin cantonal de la partie

La manifestation, autorisée par la police, a réuni des militants de tous âges, issus de divers secteurs de la santé. Parmi eux se trouvait Jean Martin, l'ancien médecin cantonal vaudois (1986-2003). «Le dérèglement climatique aura des effets dévastateurs, beaucoup plus importants par exemple que ce que nous vivons avec le Covid-19», a-t-il affirmé, interrogé par Keystone-ATS.

L'ancien député radical a estimé qu'il était difficile de «sensibiliser les pouvoirs publics» à cette problématique, raison pour laquelle il s'est joint l'an dernier aux marches pour le climat puis au mouvement Extinction Rebellion. «Je crois au système démocratique, mais le processus politique est lent. Il y a une place pour la désobéissance civile au vu de l'urgence», a-t-il jugé.

Jean Martin s'est néanmoins félicité des récentes avancées dans le domaine, notamment la loi sur le CO2 validée par le Parlement fédéral. «C'est un pas significatif dans la bonne direction», a-t-il relevé.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!