Actualisé

SuisseDes mesures pour protéger la santé des employés

Les sociétés suisses de télécoms devraient bloquer l'envoi des courriels professionnels aux employés en dehors des heures de travail.

Les sociétés suisses de télécoms devraient bloquer l'envoi des courriels professionnels aux employés en dehors des heures de travail. En sus de cette proposition, syndicom revendique diverses mesures pour mieux protéger la santé des salariés, mise à mal par l'évolution numérique récente.

Le syndicat des médias et de la communication demande une réduction de la durée maximale d'activité hebdomadaire. Devant les médias réunis jeudi à Berne, il a également prôné une extension des droits de participation des collaborateurs, et un encouragement au perfectionnement.

L'organisation fonde ses revendications sur une étude menée l'an dernier auprès de 3500 salariés des entreprises Swisscom, upc cablecom, Sunrise et Orange. Les résultats de l'enquête le montrent: le stress, la pression et les sous-effectifs touchent bien plus qu'une minorité de travailleurs, affirme syndicom.

Frontière brouillée entre privé et professionnel

L'évolution numérique récente a brouillé les frontières entre vies privée et professionnelle. «Une disponibilité permanente est souvent exigée», déplore Giorgio Pardini, responsable du secteur Télécom/IT. Avec pour conséquence d'importantes préoccupations et des maladies physiques comme psychiques. «Il est temps d'agir», martèle le syndicaliste.

D'autant plus que les cas de «burn-out» et d'épuisement continuent de prendre l'ascenseur. «Les employés alignent souvent 45 heures hebdomadaires au lieu de 40», illustre le syndicaliste.

Télétravail à double tranchant

Le syndicat reconnaît certes que les transformations des modes de travail offrent des opportunités. Les employés peuvent désormais s'organiser de façon plus autonome, «travailler depuis la maison». Mais cet avantage implique aussi que les exigences du monde du travail s'insèrent toujours davantage dans la vie privée. Au final, «les employeurs doivent fixer des règles plus claires».

Pour Giorgio Pardini, les recommandations de syndicom sont réalistes. Il en veut pour preuve que «les entreprises ont participé à l'étude. De toute façon, elles ont tout intérêt à disposer de collaborateurs en bonne santé et productifs». Les partenaires sociaux doivent à présent discuter des propositions de syndicom.

Swisscom participe au dialogue

Swisscom a justement fait savoir que des échanges «répétés ont déjà lieu». Le géant bleu en profite pour préciser que l'expérience a démontré la primauté des avantages sur les désavantages dans les nouvelles formes de travail. Et de souligner que la satisfaction de ses employés a progressé au cours des deux dernières années.

Travail à domicile, promotion du temps partiel et du partage de postes («jobsharing»), possibilités de congés sabbatiques ou de rachat de vacances: l'ex-régie fédérale propose plusieurs options. «Nous n'exigeons aucunement de nos collègues qu'ils travaillent pendant leur temps libre ou soient atteignables en permanence. Nous misons sur leur responsabilité individuelle.» (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!