Berne – Des mesures strictes contre la mafia des toutous

Publié

BerneDes mesures strictes contre la mafia des toutous

Toujours plus de chiens sont achetés dans les pays de l’Est via Internet. Des élus demandent de nouvelles lois pour encadrer ce marché.

La résistance contre le commerce illégal de chiots se met en place dans le pays.

La résistance contre le commerce illégal de chiots se met en place dans le pays.

Vetsuisse-Fakultät, UZH / M.A.Oesch

En 2020, au moins 7600 chiens sans puce, ni passeport valable, ni origine connue ont été importés en Suisse. Cette statistique provient de l’Administration fédérale des douanes. Une émission de la télévision alémanique a récemment mis en exergue les conséquences du commerce illégal de chiots par des entreprises comme la société slovaque Elitdog. «Tant qu’il y aura des gens qui passeront commande sur le web pour obtenir des chiens comme ils achètent un vêtement et que des organisations douteuses pourront se faire beaucoup d’argent, le commerce illégal ne disparaîtra pas» a déclaré Matthias Diener, vétérinaire cantonal à Saint-Gall. Olivier Glardon, président de la Société des vétérinaires suisses (SVS) exige donc que «les vendeurs soient sanctionnés pour l’importation illégale de chiots.»

Des mesures plus strictes

Le monde politique y voit également la nécessité d’agir. Pour la conseillère nationale Martina Munz (PS/SH), «si la Suisse ne contribue pas à mettre un terme à ce commerce illégal, elle se rend coupable de complicité.» Son homologue Andrea Geissbühler (UDC/BE) ajoute: «En principe, il faudrait interdire la vente d’animaux de l’étranger sur la Toile.» Au minimum, la Suisse devrait faire passer l’âge minimum des compagnons à quatre pattes importés de huit à quinze semaines.

La Confédération n’est pas inactive. Ainsi, «l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) est ouvert au relèvement de l’âge minimum», déclare sa porte-parole Karoline Arn. En outre, l’OSAV a déposé une plainte contre la société Elitdog. Des adaptations restent possibles et seront étudiées.

Un bébé chien pour 1100 francs

Des entreprises douteuses, principalement basées en Europe de l’Est font de la publicité pour des chiens sur Internet. La plus connue est l’entreprise slovaque Elitdog. Elle propose des chiens pour 1000 euros (1100 francs). Entre juin 2019 et février 2021, les vétérinaires cantonaux ont constaté 350 irrégularités en lien avec Elitdog. Des dates de naissance et de vaccination des chiots ont été falsifiées.

(bz/jbm)

Ton opinion