Actualisé 28.01.2013 à 22:14

Israël

Des migrantes forcées de prendre des contraceptifs

Le ministère de la Santé a ordonné que des moyens contraceptifs ne soient pas administrés à des immigrants sans leur consentement. Des Ethiopiennes auraient été obligées de recevoir des injections contraceptives.

Des allégations ont été lancées en décembre par un reportage sur le déclin de la natalité parmi les Ethiopiens. Selon des témoignages, des migrantes s'étaient vu menacer de ne pas obtenir le droit d'immigrer en Israël si elles refusaient de se voir injecter des contraceptifs avant leur départ.

L'Association pour les droits civiques en Israël (ACRI) a ensuite demandé des explications au ministère de la Santé, qui a publié une lettre cette semaine précisant que des contraceptifs ne devaient pas être prescrits sans le consentement explicite des patientes.

Un aveu

Le ministère souligne que cette consigne «ne constitue pas une prise de position ni un constat des faits» à propos de cette contraception forcée. Le même ministère demande aux médecins «de ne pas renouveler les prescriptions pour les femmes d'origine éthiopienne ou d'autres femmes qui, pour toutes sortes de raisons, ne comprennent pas les implications de ce traitement».

«Il faut que tout cela soit évidemment fait de manière appropriée d'un point de vue culturel, par des intermédiaires éthiopiens ou des services de traduction médicaux», a souligné le ministère de la Santé. Le porte-parole de l'ACRI, Marc Grey, a estimé que cette lettre constitue «un aveu important que ce phénomène a bien existé».

«L'essentiel est désormais de s'assurer que les recommandations et les procédures prévues par la lettre soient appliquées afin que ce genre de pratiques cessent immédiatement», a-t-il ajouté. Pendant des siècles, les juifs d'Ethiopie ont été pratiquement coupés des autres communautés juives. Les autorités religieuses juives en Israël ont longtemps hésité avant de les reconnaître comme juifs.

Baisse du taux de natalité

Selon des médias israéliens, le taux de natalité parmi les immigrants d'origine éthiopienne a baissé de 20% en une décennie. Une femme interviewée lors d'un reportage télévisé a affirmé que les Ethiopiens qui attendaient dans leur pays d'origine d'être transportés en Israël ont été informés que ceux qui refusaient des injections contraceptives se verraient interdire l'entrée en Israël ainsi que tout traitement médical.

«Nous avons eu peur. Nous n'avions pas le choix. Sans eux (les Israéliens) et sans leur aide nous ne pouvions pas vivre là-bas», a affirmé une autre immigrante au quotidien «Haaretz».

Plus de 120'000 Juifs éthiopiens vivent aujourd'hui en Israël, dont 80'000 nés en Afrique. Dans les années 1980 et 1990 notamment, l'Etat hébreu a organisé deux opérations de rapatriement, permettant à 35'000 d'entre eux de s'installer en Israël. Mais ces nouveaux venus ont dû affronter d'énormes différences culturelles et des discriminations au sein de la société israélienne. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!