Actualisé 19.10.2017 à 14:35

DiplomatieDes militaires birmans en délégation en Suisse

Une délégation de militaires birmans est actuellement en visite en Suisse afin de découvrir le fédéralisme, révèle la RTS.

von
rmf
Keystone/Peter Klaunzer

Des représentants de l'armée birmane sont actuellement en visite en Suisse, depuis lundi, révèle la RTS, confirmant une information d'Amnesty International.

Découvrir le fédéralisme

«Début 2017, des membres de l'armée ont pris contact avec nous pour faire part de leur intérêt à un tel voyage d'étude du fédéralisme, communique le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Nous avons accepté leur demande considérant qu'il est dans l'intérêt d'une résolution du différend que l'armée s'intéresse à ces questions.»

Le département de Didier Burkhalter explique que ce n'est pas la première fois qu'une telle délégation se rend en Suisse, «notamment pour leur faire connaître le fonctionnement du fédéralisme qui pourrait améliorer les relations entre l'Etat central et les régions habitées par des minorités linguistiques».

582'000 Rohingyas au Bangladesh depuis août

L'ONG Amnesty International appelle mercredi la communauté internationale à agir contre la persécution des Rohingyas.

«Pas les bons interlocuteurs»

Amnesty International publiait justement mercredi un rapport sur le conflit birman et les exactions commises contre les Rohingya, qu'elle décrit comme des crimes contre l'humanité. L'ONG juge cette visite de très mauvais goût. «Nous regrettons qu'elle n'ait pas été annulée», explique Alain Bovard, juriste pour la section suisse d'Amnesty International.

Dans les camps rohingyas du Bangladesh

Le Bangladesh, qui a accueilli un demi-million de réfugiés rohingyas de Birmanie, redoute de devenir la base arrière d'une guérilla combattant les forces birmanes. Les autorités assurent qu'aucun insurgé n'est passé dans les camps de réfugiés, mais l'AFP y a rencontré plusieurs personnes se présentant comme des membres de l'Armée du Salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), l'organisation derrière les attaques contre des postes de police birmans le 25 août qui ont enclenché un nouveau cycle de violences.

«Ce ne sont pas les bons interlocuteurs. Nous demandons à la Suisse de couper tous les liens avec les représentants militaires de Birmanie. Le fait que nous accueillons cette délégation envoie un très mauvais message.»

Programme modifié

Du côté du DFAE, on assure être conscient du problème: «Au vu des derniers développements, le programme du voyage a été repensé afin que la Suisse puisse à cette occasion rappeler à ses interlocuteurs qu'elle condamne les violences armées qui se sont produites au Rakhine»

La délégation est menée par le numéro deux de l'armée birmane, le général Soe Win, précise le DFAE. Elle rencontrera diverses personnes de l'administration fédérale et des experts externes du droit international humanitaire, la politique de paix, le fédéralisme ou encore la protection des minorités. La visite portera également sur des réformes dans le secteur de la sécurité, le contrôle démocratique des forces de sécurité et le déminage.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!