Lausanne: Des militants d’extrême gauche détournent des affiches adverses
Publié

LausanneDes militants d’extrême gauche détournent des affiches adverses

À quelques jours des élections communales, des incivilités se produisent et créent un malaise entre alliés politiques. Explications.

par
Frédéric Nejad Toulami
Les candidats du PLR à Lausanne sont recouverts par endroits d’autocollants de l’extrême gauche.

Les candidats du PLR à Lausanne sont recouverts par endroits d’autocollants de l’extrême gauche.

dr/fnt

«Les pratiques antidémocratiques d‘une extrême gauche aux abois. C‘est proprement n’importe quoi! Vous devriez l‘expliquer à vos militants.» Chef du groupe du Parti libéral-radical au Parlement lausannois, Matthieu Carrel a poussé ce coup de gueule sur Twitter contre des responsables de la gauche radicale locale après avoir découvert les incivilités commises sur certaines affiches de son parti. Des autocollants officiels d’Ensemble A Gauche (EAG) cachent par endroits les visages des candidats du centre droit, pour les élections communales vaudoises du 7 mars.

Allié socialiste visé aussi

Certaines pancartes publiques du Parti socialiste ont subi le même outrage: on y voit le syndic Grégoire Junod recouvert d’un sticker appelant à voter EAG. Le malaise est d’autant plus gros dans ce cas de figure que cette coalition de partis d’extrême gauche est composée principalement de SolidaritéS et du Parti ouvrier populaire (POP). Or, ce dernier participe à l’Exécutif de Lausanne grâce à son apparentement il y a 5 ans sur la liste commune PS-Verts-POP. Et surtout, ce même POP est de nouveau en lice pour la Municipalité avec les socialistes et un certain… Grégoire Junod.

Le socialiste Grégoire Junod ne semble pas très apprécié des militants de SolidaritéS.
Le syndic de Lausanne pas épargné

Le socialiste Grégoire Junod ne semble pas très apprécié des militants de SolidaritéS.

dr/fnt

Dans un communiqué officiel envoyé ce week-end, le POP a dénoncé et s’est distancié des «collages sauvages de la liste d’alliance Ensemble à Gauche Lausanne sur lesquels figure le logo de notre parti».

Des autocollants sur les stands de SolidaritéS uniquement

Présidente de cette formation alliée au PS pour l’Exécutif de la capitale vaudoise, Anaïs Timofte souligne que ces dégradations ne sont pas le fait de ses membres. «Nous n’accusons personne, car il peut s’agir d’actes individuels, précise-t-elle, mais ce qui est sûr, c’est que notre parti n’avait pas jusqu’à maintenant reçu ce matériel d’autocollants. Nous n’en distribuons donc pas et nous déplorons que notre logo soit associé à cela.» Comme le POP ne tient pas de stands communs avec SolidaritéS, officiellement en raison des directives sanitaires Covid-19, les regards se tournent donc vers ce second parti.

Cadre de SolidaritéS, élu au Conseil délibérant de la ville et candidat aux élections, Pierre Conscience déclare déplorer également ces actes: «Nous aurions pu cosigner ce communiqué du POP mais on ne nous l’a pas proposé», explique-t-il. Il reconnaît que ces autocollants sont distribués aux stands de SolidaritéS mais «pour être utilisé dans le respect de la loi» précise-t-il. D’ailleurs, il est indiqué en petits caractères sur ces stickers: «Ne pas coller sur la voie publique.» Pierre Conscience dit que sa formation se bat assez afin d’être visible pour comprendre l’importance du respect et du fair-play lors de cette campagne. Il souligne aussi que son parti ne peut pas être tenu pour responsable d’actes individuels.

Quant au PLR local, il envisage de porter plainte contre inconnu si les déprédations se répètent.

Ton opinion

371 commentaires