Actualisé 06.05.2016 à 22:28

CanadaDes milliers d'évacués traversent la ville fantôme

Un immense convoi routier s'est formé vendredi à 20 km au nord de Fort McMurray et la police a commencé à escorter les sinistrés, par groupe de 50 véhicules, pour leur faire traverser la ville ravagée par les flammes.

1 / 78
Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Keystone
Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Keystone
Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Reuters

La priorité vendredi était de sécuriser un couloir d'extraction pour des milliers d'automobilistes coincés, en leur faisant traverser la cité dévastée de Fort McMurray.

Pour des milliers de personnes parties lundi vers le nord quand les flammes empêchaient toute sortie vers le sud, le voyage est à haut risque. Vendredi, la traversée de Fort McMurray par l'autoroute 63 se faisait par groupes de 50 véhicules, précédés d'une voiture de police.

Le premier convoi a pris le départ peu après 7h locales (15h suisses), tandis que des centaines de véhicules attendaient encore leur tour sur plusieurs kilomètres. L'opération devait durer des heures. Trois hélicoptères de l'armée survolaient l'autoroute pour donner l'alerte si des flammes se rapprochaient trop des convois ou coupaient l'autoroute, comme lors des trois derniers jours.

Ces convois routiers font partie de la deuxième phase de l'opération de sauvetage des 25'000 personnes, coincées dans des bases de vie des compagnies pétrolières au nord de Fort McMurray. Des sites sans échappatoire et menacés d'être prises au piège par les feux de forêts.

Stations d'essence mobiles

Un pont aérien, opéré avec des avions et hélicoptères de l'armée et de compagnies pétrolières, a permis jeudi d'évacuer environ 8000 personnes de ces énormes bases de vie où le ravitaillement était devenu impossible.

Avant de mettre en branle cet énorme convoi routier, le gouvernement provincial a dû déployer une logistique importante pour sécuriser la traversée de Fort McMurray et permettre aux automobilistes de trouver de l'essence sur les 400 km pour arriver jusqu'à Edmonton, la capitale de l'Alberta, où des centres d'accueil ont été ouverts. Le vaste centre des expositions a par exemple été aménagé.

Il a d'abord fallu acheminer au nord des camions-citernes sous bonne escorte, car les évacués étaient bien souvent à court de carburant. Vendredi à l'aube, «une nouvelle station à essence mobile a été installée à environ 30 km au nord de Fort McMurray sur l'autoroute 63 pour l'évacuation du convoi au sud», a annoncé le gouvernement provincial.

Trois autres stations mobiles ont été disposées le long de l'autoroute 63 sur 200 km, où de nombreux véhicules ont été abandonnés sur les bas-côtés depuis deux jours comme autour de Wandering River. «C'est le bazar», a témoigné Justin qui venait de sortir de Fort McMurray à bord de son pickup avec le premier groupe de 50 véhicules en décrivant des paysages dévastés par les feux.

Pas d'espoir d'amélioration rapide

Ce déplacement des milliers de personnes est aussi justifié, selon les autorités, par une situation toujours incontrôlée et sans espoir véritable d'amélioration dans les prochains jours et ni pour les habitants de revenir chez eux avant longtemps.

La Première ministre de l'Alberta Rachel Notley a douché jeudi soir les espoirs des populations évacuées. «Malheureusement, nous savons que ce ne sera pas une question de jours» et ce ne serait «simplement pas possible, ni responsable de spéculer sur le moment où les habitants pourraient rentrer», a-t-elle déclaré.

Seule la pluie

L'inspecteur Garett Woolsey, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Fort McMurray, a estimé sur la chaîne CBC que cela «prendrait probablement plusieurs semaines avant que la situation se stabilise».

Sur le front des incendies, la situation restait critique. Les flammes ont ravagé 20'000 hectares de plus, pour un total désormais d'environ 100'000 hectares, selon les services d'urgence de l'Alberta. Selon eux, seule la pluie peut arrêter la progression des feux. (nxp/ats)

Des animaux domestiques évacués

Des bénévoles escortés par des pompiers ont évacué vendredi des animaux domestiques abandonnés dans des maisons vides à Fort McMurray, ville pétrolière canadienne ravagée par des feux géants. Des chiens, des chats, des oiseaux, un lézard et un serpent ont été récupérés et chargés à l'arrière de camions pick-up, à destination de chenils d'Edmonton, à 400 km au sud, dans l'espoir qu'ils puissent ensuite retrouver leurs propriétaires, a constaté l'AFP.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!