Paris: Des milliers de Chinois contre l'insécurité

Actualisé

ParisDes milliers de Chinois contre l'insécurité

Des milliers de Chinois et d'Asiatiques d'origine chinoise ont défilé dimanche contre les violences dont ils se disent la cible.

Environ 8.500 personnes, selon la police, ont pris part à cette marche organisée par un collectif d'associations franco-chinoises à Belleville, un quartier de l'est de Paris métamorphosé ces dix dernières années par un nouvel afflux d'immigrés asiatiques. Il s'agirait de la plus grande manifestation de cette communauté jamais organisée en France selon ses organisateurs.

«Les associations asiatiques de France défilent pour la première fois contre l'insécurité», a indiqué le président du collectif Chan Sing Mo tandis que les manifestants scandaient «Belleville, quartier tranquille».

Multiplication des agressions

Depuis plusieurs mois, selon le collectif, les agressions et les vols violents visant les Asiatiques se multiplient. «Les agresseurs sont souvent des groupes de jeunes qui habitent ici», a dit à l'AFP un porte-parole du collectif Huong Tan, réfutant des problèmes de racisme.

«Nous nous sommes décidés à descendre dans la rue après une agression lors d'un banquet de mariage à Belleville au début du mois», a-t-il expliqué inquiet que la situation ne dégénère «si les autorités ne réagissent pas». Car pour la première fois «quelqu'un de la communauté a répondu à la violence par la violence».

Plusieurs manifestants ont expliqué sous couvert d'anonymat que les Asiatiques constituaient des «proies» toutes désignées pour leurs agresseurs.

«Lors des mariages, on n'offre pas de cadeaux matériels mais souvent de l'argent», explique un commerçant. Un fleuriste souligne la vulnérabilité de certains membres de la communauté: «Ceux qui ne parlent pas français ou ne possèdent pas de papiers en règle n'iront jamais porter plainte».

Renforcer la sécurité et la prévention

La maire du XXe arrondissement, où se trouve une partie du quartier de Belleville, Frédérique Calandra a publiquement incité la communauté à mieux s'organiser: «Il faut que nous ayons des interlocuteurs», a-t-elle lancé.

Le collectif réclame «des actions concertées et coordonnées» entre le préfet de police et les maires, dans ce quartier à cheval sur quatre arrondissements de la capitale, afin «de renforcer les dispositifs de sécurité et de prévention».

Après la dispersion de la manifestation, «des incidents ont éclaté entre une cinquantaine de jeunes internes à la manifestation et une dizaine de jeunes extérieurs au cortège», a dit à l'AFP une source policière. Trois personnes ont été interpellées. (afp)

Ton opinion