Allemagne: Des milliers de manifestants contre un convoi de déchets nucléaires

Actualisé

AllemagneDes milliers de manifestants contre un convoi de déchets nucléaires

Des militants écologistes allemands ont retardé samedi un train de transport de déchets nucléaires en route pour le nord de l'Allemagne.

Au centre de stockage de Gorleben, où le convoi est attendu lundi, environ 10 000 manifestants antinucléaires s'étaient rassemblés.

Trois activistes s'étaient enchaînés sur les voies ferrées pour stopper le convoi. Toutes les mesures étaient mises en oeuvre pour libérer les voies afin de faire repartir le convoi, a indiqué la police.

Le train transporte 123 tonnes de déchets nucléaires retraités à La Hague et un wagon occupé par des policiers. Il a quitté vendredi Valognes (Manche) pour Gorleben, dans le nord de l'Allemagne.

Des petits groupes d'opposants ont manifesté symboliquement au passage du convoi, à Réding, en Moselle, en présence de la députée européenne des Verts Marie-Anne Isler-Béguin, ou à Hoenheim, dans la banlieue de Strasbourg.

Grosse manif à Gorleben

A Gorleben, ils étaient environ 9000 militants écologistes pour manifester aux abords du centre de stockage allemand, a indiqué la police. Selon les organisateurs, ils étaient 12 000, soit deux fois qu'il y a deux ans lors du précédent transport de déchets nucléaires.

Cette forte mobilisation pacifique signalise la «renaissance du mouvement antinucléaire» en Allemagne, a déclaré Jochen Stay, porte- parole de l'association X-tausendmalquer à l'origine de la manifestation.

Environ 16 000 policiers allemands ont été mobilisés pour protéger le transport. Les vingt derniers kilomètres, de Dannenberg à Gorleben (à 200 km au nord-ouest de Berlin), se feront par la route. Ces transferts donnent lieu traditionnellement à des manifestations antinucléaires.

Accord remis en cause

Les sociaux-démocrates et les Verts allemands, lorsqu'ils gouvernaient sous le chancelier Gerhard Schröder, avaient conclu un accord historique sur l'abandon progressif du nucléaire d'ici 2020. Mais cette politique est critiquée par une partie de l'industrie et des conservateurs, au pouvoir dans la grande coalition actuelle avec les sociaux-démocrates

(ats)

Ton opinion