Des milliers de Noirs défilent contre le racisme en Louisiane
Actualisé

Des milliers de Noirs défilent contre le racisme en Louisiane

Des milliers de manifestants, très majoritairement Noirs, ont défilé jeudi à Jena, une petite ville de Louisiane, pour dénoncer un retour des vieux démons du sud américain.

La localité a été secouée par des tensions racistes.

Venus en train, en car ou en voiture, marchant derrière plusieurs figures du mouvement pour les droits des Noirs- américains, comme le fils de Martin Luther King, les manifestants ont pris pacifiquement d'assaut les rues de la ville, selon les images des chaînes de télévision américaines.

L'affaire a éclaté il y a un an dans cette ville de 3000 habitants, dont 85% de Blancs et 12% de Noirs, quand trois adolescents noirs sont venus s'assoir dans la partie de la cour de leur lycée tacitement réservée aux Blancs, à l'ombre d'un arbre.

Le lendemain matin, trois cordes de pendus étaient apparues sur l'arbre, une image rappelant les lynchages répandus dans la région il y a seulement quelques dizaines d'années.

Incendie et violences

Evoquant «une farce», la direction du lycée s'est contenté de suspendre les lycéens blancs responsables pour trois jours. Dans les mois qui ont suivi, plusieurs incidents violents ont éclaté. Une aile du lycée a été incendiée, puis un lycéen noir a été battu après s'être montré dans une fête à laquelle n'étaient conviés que des Blancs.

Le 4 décembre, un adolescent blanc a été agressé et légèrement blessé par un groupe de Noirs alors qu'il sortait du gymnase du lycée. Six lycéens noirs soupçonnés d'être les auteurs de l'agression au gymnase ont été arrêtés et inculpés de tentative de meurtre et d'une combinaison d'autres crimes qui pourraient leur valoir la réclusion à perpétuité.

De nombreuses associations noires-américaines ont pris la défense des «Six de Jena». «Les poursuites ne sont pas justifiées (...). Une chaussure de tennis n'est pas une arme mortelle», dénonce ainsi une pétition qui a déjà recueilli des milliers de signatures.

Un seul des six inculpés a pour l'instant comparu: Mychal Bell, 17 ans, a été reconnu coupable en juin de coups et blessures par un jury exclusivement blanc. Une audience était prévue ce jeudi pour fixer sa peine, mais une cour d'appel a annulé le jugement la semaine dernière, ordonnant que l'adolescent, qui avait comparu devant un tribunal pour adultes, soit jugé comme un mineur. (ats)

Ton opinion