20.09.2018 à 06:08

NicaraguaDes milliers de partisans d'Ortega manifestent

En réponse à des manifestations de l'opposition, des milliers de sandinistes ont défilé à Managua en soutien au président Ortega.

1 / 89
L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)

L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)

Keystone
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)

La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)

kein Anbieter
Après un premier groupe lundi d'une cinquantaine de prisonniers amnistiés, 56 opposants ont été remis mardi au CICR. (11 juin 2019)

Après un premier groupe lundi d'une cinquantaine de prisonniers amnistiés, 56 opposants ont été remis mardi au CICR. (11 juin 2019)

AFP

Des milliers de sandinistes ont défilé mercredi dans les rues de Managua pour exprimer leur soutien au président nicaraguayen Daniel Ortega. Cette action visait à répondre à plusieurs manifestations de l'opposition, qui réclame sa démission depuis cinq mois.

Le cortège a traversé la ville du sud au nord pour rejoindre le rond-point Hugo Chávez, où plusieurs sandinistes ont lancé des slogans pro-gouvernement, criant notamment «Daniel reste!». Des véhicules sonorisés diffusaient des chants sandinistes.

Le gouvernement avait appelé ses partisans à manifester avec pour mot d'ordre «la paix, la justice et la vie». «Les opposants ont voulu faire un coup d'Etat, mais ils n'y arriveront pas», a affirmé une manifestante pro-Ortega.

Cinq mois de contestations

Daniel Ortega, 72 ans, est confronté depuis cinq mois à une vague de protestations sociales d'une ampleur inédite au Nicaragua. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la sécurité sociale, vite abandonné, elle a été violemment réprimée. La crise a déjà fait plus de 320 morts et 2000 blessés, plus de 300 manifestants ont été arrêtés et au moins 400 médecins et enseignants licenciés.

Au pouvoir depuis 11 ans, le chef d'Etat et ancien guérillero est accusé par ses opposants d'avoir mis en place une dictature marquée par la corruption et le népotisme avec son épouse et vice-présidente Rosario Murillo. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!