Actualisé 21.06.2008 à 17:36

Des milliers de personnes à la Gay Pride à Bienne

Des milliers de personnes venues de toute la Suisse ont participé samedi à Bienne à la 10e Gay Pride sous un soleil de plomb.

Une foule très dense était massée le long des rues pour suivre la traditionnelle parade formée de plusieurs chars.

Quelque 6000 personnes ont formé le cortège, soit plus que prévu, et 10 000 spectateurs y ont assisté, selon les organisateurs, très satisfaits, et la police.

Le cortège, ouvert par Mister Suisse 2008 Stephan Weiler, était plutôt sage, sans exubérance ni provocation. Peu de participants étaient déguisés et seuls quelques rares travestis et drag queen accompagnaient la parade sous les sons de différentes musiques.

A l'image de cette Pride, le cortège était coloré et bon enfant. Dans les rues, les familles se mélangeaient aux couples homosexuels dans une ambiance de carnaval. Invité surprise, Mister Suisse 2008 a lancé un appel à la tolérance. «En tant qu'hétérosexuel, je m'engage à lutter contre toute forme de discrimination».

Role de l'école

Orateur de la fête, le conseiller d'Etat bernois Bernhard Pulver a souligné le rôle de l'école pour lutter contre les préjugés dont sont victimes certains homosexuels. Le directeur de l'instruction publique souhaite que la cette question soit intégrée dans le nouveau plan d'études romand.

L'homosexualité devrait être abordée à l'école par des personnes externes au milieu scolaire. Bernhard Pulver explique que certains enseignants éprouvent des inhibitions à enseigner cette matière aux élèves. Dans le modèle romand, des animateurs venus de l'extérieur sont chargés d'aborder les questions liées à la sexualité ce qui n'est pas le cas pour les classes germanophones.

Action de sensibilisation

M. Pulver a également relevé l'importance d'organiser une Pride même si les homosexuels bénéficient du partenariat enregistré. «Il est essentiel de s'affirmer, de rendre son homosexualité visible, d'en faire un thème dans les médias». «C'est toujours difficile pour les jeunes de faire leur coming out», a-t-il dit en relevant le taux de suicide élevé dans cette catégorie de jeunes.

L'objectif de cette Pride n'était pas tant de revendiquer que de sensibiliser la population aux préjugés dont sont encore victimes les homosexuels. «On les tolère mais les tabous restent présents», a lancé le président du comité d'organisation, Régis Froidevaux.

Combattre la peur

Régis Froidevaux a relevé que la situation des homosexuels avait évolué favorablement. «Mais on peut douter sérieusement qu'il y ait plus d'acceptation», a-t-il ajouté, appelant à combattre la peur et le rejet des homosexuels. «Il faut montrer que nous sommes des gens comme les autres».

Si les autorités municipales ont réservé un bon accueil à cette manifestation, certains restaurants ont refusé de sponsoriser la Pride de peur de perdre des clients. «Des propos blessants qui nous incitent à continuer nos actions de sensibilisation», a souligné Régis Froidevaux.

Fête

La fête se pousuivra au village de stands associatifs aménagé au centre de la ville. Des concerts et des animations festives auront lieu dans cette zone de rencontre. Des activités sportives seront au programme de la journée de dimanche. Le budget de la Pride, qui se singularise cette année par son caractère bilingue, s'élève à 110 000 francs.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!