Ex-Yougoslavie: Des milliers de personnes célèbrent le souvenir de Tito
Publié

Ex-YougoslavieDes milliers de personnes célèbrent le souvenir de Tito

Plusieurs milliers d’admirateurs de l’ancien chef charismatique et controversé de la Yougoslavie communiste Josip Broz Tito ont célébré samedi le 130e anniversaire de sa naissance dans son village natal de Croatie, qui abrite un musée.

Les nostalgiques ont fait le voyage jusqu’à Kumrovec pour honorer la mémoire de Tito.

Les nostalgiques ont fait le voyage jusqu’à Kumrovec pour honorer la mémoire de Tito.

AFP

Venus des quatre coins de l’ancienne Fédération yougoslave, ils avaient fait le voyage jusqu’à Kumrovec (nord de la Croatie) pour honorer sa mémoire, et notamment le souvenir de son leadership face à l’occupant nazi durant la Seconde Guerre mondiale et face à Staline, avec la création du mouvement des Non-alignés.

«Le but du rassemblement est de se souvenir, pas seulement du passé mais d’une époque où nous vivions plus riches et plus en sécurité», a expliqué Jovan Vejnovic, à la tête d’une association de fidèles nostalgiques de Tito. De nombreux participants arboraient des drapeaux de l’ancienne Yougoslavie et des T-shirts à l’effigie de l’ancien dirigeant.

Une main de fer

Après avoir pourchassé les forces d’occupation nazies pendant la Seconde Guerre mondiale, Tito a régné d’une main de fer sur la Yougoslavie pendant 35 ans, jusqu’à sa mort le 4 mai 1980 à Ljubljana, en Slovénie.

Privée du magnétisme du chef et de sa direction autoritaire, la mosaïque de peuples et de religions qui constituaient la Fédération yougoslave n’a résisté qu’une décennie avant d’exploser en une série de guerres qui ont fait plus de 130’000 morts.

L’héritage de Tito reste controversé dans les pays nés de la dislocation de la Yougoslavie (Bosnie-Herzégovine, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Serbie et Slovénie). Certains l’adorent, d’autres le détestent. Son nom évoque une forme d’âge d’or durant lequel la Yougoslavie a été l’un des pays communistes les plus prospères.

(AFP)

Ton opinion