15.10.2020 à 17:55

La consommation de viande prend l’ascenseurDes millions de volailles dans la Broye fribourgeoise

Filiale de Migros spécialisée dans la production de viande fraîche et de charcuterie, Micarna va implanter un atelier de transformation de volailles à Saint-Aubin (FR). Un projet qui générera la création de 500 emplois dans la filière.

de
Julia Jeanloz
Courtepin (FR), 8 mars 2016. Dans les coulisses de Micarna, où les poulets sont plumés. Photo: Olivier Allenspach/24heures

Courtepin (FR), 8 mars 2016. Dans les coulisses de Micarna, où les poulets sont plumés. Photo: Olivier Allenspach/24heures

VQH

Dans un article de 24heures, Nicolas Kilchoer, préfet et président de la Communauté régionale de la Broye, loue l’arrivée de Micarna, filière de transformation de viande de Migros, sur le campus AgriCo de Saint-Aubin (FR) en 2024. À la clé: 500 emplois. Une nouvelle qui renforce la position de Fribourg comme leader de l’industrie agroalimentaire, comme l’explique Olivier Curty, conseiller d’État chargé de l’Économie, qui rappelait que 20% des emplois fribourgeois dépendent de ce secteur.

Consommation de poulet suisse en augmentation

Jérôme Carrard, directeur financier et informatique de Micarna, précise: «La consommation de volaille suisse a quasi doublé en quinze ans et les modes de vie ont [également] évolué.» Des propos que confirment les chiffres vertigineux avancés: alors que 30 millions de poulets sont transformés chaque année à Courtepin (actuel site de transformation de la volaille) pour les différentes filiales romandes de Migros, le total devrait passer à 40 millions à Saint-Aubin. Si Micarna deviendra l’employeur principal du campus AgriCo de Saint-Aubin, un potentiel de plus de 1600 postes de travail est annoncé à l’horizon 2034 sur cet ancien espace industriel, composé de 100 hectares de terrain agricole.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
205 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Sv

16.10.2020 à 06:27

500 places de travail c’est bien pour l’économie 👍🏻 Bon en tout cas pour les 300 portugais et les 200 frontaliers que notre belle Migros va engager!!

le poulet pas souvent mais uniquement du bon

16.10.2020 à 06:01

encore du poulet industrielle, fade et insipide. On mange rarement du poulet, mais on se fait plaisir, rien de tel qu'un chapon de Bresse, label rouge, tendre et gouteux. La boucherie d'Evian, place Charles de Gaule, près de la Poste en vend des préparés,une pure merveille sans comparaison avec les trucs à moitié plumé, dégoulinant de gras vendu au bord des routes ou dans les supermarchés. Une astuc, plus le poulet est recouvert de mélange d'épices douteuse, plus il est de mauvaise qualité, un poulet, cuit uniquement avec du sel, poivre et de la moutarde, c'est le signe que vous allez manger un poulet de qualité.

Lea

16.10.2020 à 03:42

Vu le prix prohibitif des autres viandes en suisse il ne reste plus que pour le moment que la volaille qui soit abordable. Jusqu’à quand...???