La Chaux-de-Fonds: Des murs de la ville aux cimaises d'une galerie

Actualisé

La Chaux-de-FondsDes murs de la ville aux cimaises d'une galerie

L'ex-graffeur Tenko présente sa première grande exposition personnelle à la Galerie Un Bout de l'Art.

par
Myriam Genier

Oui, le graffiti peut mener à une carrière d'artiste. La preuve: à 28 ans, Benjamin Taillard, alias Tenko, vend ses oeuvres à des particuliers, et plusieurs galeries européennes le courtisent. «Le graffiti n'est pas un problème dans le milieu de l'art, au contraire, c'est très à la mode», explique le dessinateur, également musicien et cofondateur du label electro Midinette Records.

Le graffiti, Tenko l'a commencé à l'âge de 10 ans. Il a ensuite intégré le lycée artistique de Neuchâtel pour acquérir les bases du dessin classique, avant d'entreprendre des études de communication visuelle à l'Ecole d'art de La Chaux-de-Fonds.

Dans ses oeuvres, l'esprit graff se mêle au style académique. Les traits qui s'échappent de ses pinceaux, crayons ou stylos bille sont fins et précis, au carrefour entre la gravure et l'illustration. «Je suis un peu un conteur d'histoires, dit-il. mes œuvres sont comme des films.» Celles-ci racontent, en couleur ou en noir et blanc, la passion des hommes pour les animaux, offrent des gros plans sur les expressions faciales de l'être humain et font s'entrechoquer l'absurde, les rêves et les cauchemars.

Et le graffiti dans tout ça? Même s'il en fait parfois, Tenko avoue ne plus être «vraiment attiré par le côté vandale de la chose. C'est un délire d'adolescent, je suis passé à autre chose.»

Galerie Un Bout de l’Art, La Chaux-de-Fonds Du 12 décembre au 31 janvier

Galerie Un Bout de l’Art, La Chaux-de-Fonds Du 12 décembre au 31 janvier

Ton opinion