Actualisé 04.07.2013 à 20:51

Wimbledon

Des nerfs à fleur de peau

Jerzy Janowicz défie Andy Murray vendredi en demi-finale de Wimbledon. Un choc de grands sensibles.

de
Oliver Dufour, Wimbledon

En Suisse, on a connu les larmes de joie de Roger Federer. L'été dernier, on avait vu celles de Murray, anéanti par sa ­finale londonienne perdue contre le Bâlois. Mercredi, le public de Church Road a découvert de nouvelles émotions: celles du Polonais Jerzy Janowicz.

Après sa victoire contre son compatriote Lukasz Kubot – «l'une des plus dures de ma carrière» –, le 22e joueur mondial s'est effondré, en larmes. Tremblant et en apnée, Janowicz a peiné à répondre aux questions de la BBC. «Ça m'est égal, a-t-il péniblement réagi au fait d'être le premier Polonais a atteindre la demi-finale dans un Grand Chelem. C'est ma première fois et je suis si heureux. Je ne sais pas quoi dire d'autre.»

Ce géant (2 m 03) hypersensible est un récidiviste. En fin d'année dernière, au Masters 1000 de Bercy, le bombardier de Lodz était devenu le premier joueur issu des qualifications, depuis Andrei Pavel en 2003, à atteindre une finale de ce niveau. Janowicz n'avait alors pas su aligner ses mots. Là encore, les larmes avaient coulé. L'émotivité du Polonais a aussi pris d'autres formes. En janvier, à l'Open d'Australie, «Jerzyk» avait craqué dans son 2e tour contre l'Indien Somdev Devvarman. Après «l'erreur de trop» de la part d'un juge de ligne, il était tombé à genoux en hurlant à répétition: «Combien de fois?» jusqu'à ce qu'il soit averti.

Battu l'an dernier par ce grand serveur (94 aces dans ce tournoi), en 8es de finale de sa fameuse épopée parisienne, Andy Murray aura du travail plein la raquette. Bien moins sanguine, la première demi-finale, aujourd'hui, opposera le No 1 mondial Novak Djokovic à Juan Martin Del Potro (No 8).

Tout petit clopet gagnant

Marion Bartoli s’est qualifiée pour sa 2e finale à Londres, après celle perdue en 2007 contre Venus Williams. Expéditive, la Française n’a laissé que des miettes à Kirsten Flipkens, l’invitée surprise des demi-finales (6-1 6-2). «Je crois que je n’aurais pas pu aller plus loin, a concédé la Belge. J’aurais dû jouer à 500% pour battre Marion.» Bartoli a épaté par sa décontraction. Son secret? La résidente de Tartegnin (VD) s’est offert une sieste juste avant le match. «J’étais un peu fatiguée, alors j’ai dormi 15 ou 20 minutes dans le vestiaire. Je me suis réveillée toute seule à 12 h 30, puis je me suis échauffée à 12 h 45, juste avant le match», a-t-elle rigolé. Bartoli retrouvera en finale l’Allemande Sabine Lisicki, qui a bataillé pour battre la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-4 2-6 9-7).

Bencic continue sans trembler

La Saint-Galloise de 16 ans s’est qualifiée pour le dernier carré du tournoi junior. Face à Jamie Loeb (18 ans), l’Américaine aux lunettes noires, Belinda Bencic s’est imposée 6-2 6-3. A chaque fois, la récente gagnante du Roland-Garros des jeunes a fait le premier break au 5e jeu de la manche. De son côté, Bencic n’a concédé son service qu’une seule fois. En demi-finale, elle défiera Louisa Chirico, sa 3e adversaire consécutive venue des Etats-Unis.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!