Bâle: Des nez pour traquer les mauvaises odeurs
Actualisé

BâleDes nez pour traquer les mauvaises odeurs

La chimie bâloise (bci) recherche une trentaine de volontaires pour détecter les mauvaises odeurs qui pourraient être libérées lors de travaux à la décharge de Bonfol (JU).

Son appel s'adresse aux habitants de Bonfol, de Beurnevésin et de Pfetterhouse (F).

«Ce réseau de nez sera mis en place en juillet», a expliqué jeudi à l'ats le responsable de la communication auprès de la bci, Bernhard Scharvogel. Cinq habitants de Bonfol ont déjà manifesté un intérêt, a ajouté M. Scharvogel, revenant sur une information des médias régionaux. Ce réseau de nez sera actif durant cinq mois.

Système d'alerte

Les habitants peuvent s'inscrire auprès de la bci jusqu'au 25 juin pour participer au réseau de nez. Les bénévoles chargés de flairer les mauvaises odeurs vont suivre une formation afin d'apprendre à détecter les effluves. Les bénévoles iront humer l'air le matin et le soir. S'ils ressentent une gêne au niveau de l'odeur, ils alerteront la bci, a précisé M. Scharvogel.

L'objectif est de prévenir d'éventuelles émanations incommodantes lors du déplacement de la halle d'excavation sur le reste du site qu'il faut assainir. La première partie de l'excavation de dizaines de tonnes de déchets industriels enterrés à Bonfol sera terminée le 24 juillet. Ensuite, la halle protectrice sera déplacée, en septembre, pour continuer l'élimination des matériaux.

Le réseau de nez suivra toute la préparation et le déplacement de la halle. Il est prévu d'assurer le suivi durant encore quatre semaines lors de l'excavation de la 2e étape de l'assainissement, soit jusqu'à fin novembre. (ats)

Ton opinion