Actualisé 17.01.2013 à 11:54

Algérie

Des otages étrangers se seraient échappés

Une quinzaine d'otages étrangers, retenus depuis mercredi dans un site gazier du centre est de l'Algérie, seraient parvenus à s'échapper, selon une chaîne privée algérienne.

Quinze étrangers, dont un couple de Français, qui étaient retenus en otages par des islamistes sur un site gazier en Algérie, ont réussi à s'échapper, a rapporté jeudi la chaîne privée algérienne Ennahar citant une «source officielle».

«Quinze étrangers dont un couple de Français ont échappé à leurs ravisseurs», a rapporté la télévision. Le patron de la chaîne, Anis Rahmani, a indiqué à l'AFP qu'elle citait une «source officielle». L'ambassade de France s'est refusée à confirmer.

Trente Algériens s'enfuient

«Trente travailleurs algériens sont parvenus à s'échapper jeudi du site gazier de Tinguentourine (40 km d'In Amenas), où ils étaient retenus en otage depuis mercredi par un groupe terroriste armé» a indiqué la Wilaya, citée par l'agence de presse APS. Les ravisseurs, membres d'un groupe lié à al-Qaida, ont dit détenir parmi leurs otages une quarantaine d'étrangers.

L'ancien chef du contre-espionnage français Yves Bonnet a pour sa part estimé jeudi qu'il n'y avait pas de lien entre l'intervention de l'armée française au Mali et la prise d'otages en cours dans un complexe gazier en Algérie.

La «katiba des Moulathamine», qui affirme détenir depuis mercredi 41 otages, dont des Américains, des Japonais et des Européens, demande l'arrêt de l'opération française Serval au Mali.

Longue préparation nécessaire

Prié de dire s'il avait été surpris par l'attaque revendiquée par le groupuscule issu d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), l'ancien patron de la DST a répondu: «Pour être honnête, oui.»

«Parce que c'est une opération d'envergure, qui est spectaculaire, et qui surtout nécessite une longue préparation parce que les déplacements dans le désert sont assez difficiles à faire», a-t-il dit sur Europe 1.

«On peut se faire assez facilement repérer, il faut regrouper des gens qui viennent probablement d'endroits assez différents et donc ce n'est pas du tout une intervention improvisée.» «L'opération était très probablement déjà programmée, on n'improvise pas dans ce domaine», a-t-il souligné.

«Que les choses aient été un peu accélérées à cause de l'intervention française au Mali, c'est tout à fait possible, mais dans tous les cas, c'est une opération qui de toute façon se serait déroulée», a-t-il conclu.

Un avis partagé par l'ancien ministre de la Défense UMP Gérard Longuet, invité de LCI jeudi matin. «On ne peut pas imaginer qu'en moins d'une semaine, une telle prise d'otages ait pu être conçue par une filiale d'al-Qaida ou Aqmi. En tout état de cause, c'est un objectif qui avait été préparé.» (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!