Actualisé 30.09.2011 à 10:13

Aclens (VD)Des ouvriers payés moins de 4 francs l'heure

Des ouvriers portugais, accompagnés du syndicat Unia, ont bloqué jeudi le chantier d'une halle Volvo pour obtenir une réévaluation de leur salaire. Ils seront finalement payés aux conditions suisses.

La construction d'une halle Volvo à Aclens, à 7 kilomètres de Morges, a été bloquée jeudi. Selon «Le Courrier», Unia a découvert sur ce chantier le cas de quatre portugais sous-payés. Au bout d'une chaîne d'entreprises sous-traitantes, ils étaient payés 3,14 euros (3,78 francs) alors qu'ils auraient dû bénéficier d'au moins 25,45 francs de l'heure. Les conditions suisses auraient dû être appliquées à ces travailleurs, comme le prévoient les accords bilatéraux. C'est l'entreprise allemande Ten Brinke qui avait sous-traité à une autre entreprise allemande. Celle-ci avait fait de même à une entreprise portugaise.

Dix ouvriers dans 25m2

Leurs conditions de travail et logement ne semblaient pas non plus optimales. Ils travaillaient entre 11 et 12 heures par jour, le samedi aussi. Soit 60 heures par semaine pour un salaire mensuel de 550 euros. Ils logeaient à dix, avec d'autres travailleurs, dans une chambre de 25m2 à Vallorbe. La nourriture aurait dû également être fournie par l'employeur mais tout était à leurs frais.

Un contrôle a eu lieu samedi et il a permis de démontrer que l'entreprise n'avait pas fait d'annonce pour ces employés. Lundi, ils ont été licenciés mais très vite remplacés par d'autres ouvriers. Unia et les ouvriers portugais ont bloqué jeudi le chantier.

Gain de cause

Après discussion avec deux délégués de Ten Brinke, un accord a pu être trouvé. Les syndicalistes ont obtenu gain de cause : les ouvriers seront payés aux conditions suisses. (20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!