Ferry naufragé en Corée du Sud: Des parents de victimes se rasent la tête
Actualisé

Ferry naufragé en Corée du SudDes parents de victimes se rasent la tête

Une cinquantaine de pères et de mères de passagers décédés dans le naufrage d'un ferry sud-coréen en avril 2014 se sont rasés la tête pour réclamer une enquête indépendante.

1 / 85
16.04.2016 Plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient péri lors du naufrage. Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage alors que le ferry sarrête à être renfloué.

16.04.2016 Plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient péri lors du naufrage. Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage alors que le ferry sarrête à être renfloué.

AP/lee Jin-man
15.04.2016 Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage aux 300 personnes mortes dans le naufrage du ferry.

15.04.2016 Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage aux 300 personnes mortes dans le naufrage du ferry.

AP/ahn Young-joon
28.04.2015  La justice sud-coréenne a alourdi en appel mardi la condamnation du capitaine du ferry Sewol, dont le naufrage voici un an avait fait 304 morts. Il a porté la sentence à la prison à perpétuité.

28.04.2015 La justice sud-coréenne a alourdi en appel mardi la condamnation du capitaine du ferry Sewol, dont le naufrage voici un an avait fait 304 morts. Il a porté la sentence à la prison à perpétuité.

AFP/ahn Young-joon

A l'approche du premier anniversaire de la tragédie, les parents endeuillés du naufrage d'un ferry sud-coréen ont demandé la remontée à la surface du ferry de 6825 tonnes qui a coulé au large de l'île méridionale de Jingo, le 16 avril 2014, avec 476 passagers et membres d'équipage. Sur les 304 victimes, 250 étaient des lycéens qui fréquentaient le même établissement.

Une cinquantaine de parents, qui portaient des blouses jaunes de salon de coiffure, se sont assis jeudi à tour de rôle sur des chaises en plastique au milieu de la principale place de la capitale pour se faire couper les cheveux. Leur but: réclamer une enquête indépendante. «La vérité ne coule jamais», ont-ils scandé tandis qu'ils se faisaient tondre au rasoir électrique. Après des mois d'atermoiements, le Parlement sud-coréen a voté en novembre la constitution d'une commission d'enquête indépendante sur le naufrage du Sewol. Mais les familles des passagers décédés ou disparus accusent le gouvernement de chercher à influencer les travaux de cette commission en attribuant les postes-clés.

Surcharge du navire

Le capitaine du ferry Lee Joon-Seok a été condamné en novembre à 36 ans de réclusion pour plusieurs manquements graves à ses devoirs d'officier. Trois autres gradés ont été condamnés à des peines allant de 14 à 30 ans de réclusion. L'instruction avait mis en évidence une combinaison de facteurs expliquant la catastrophe, de la surcharge du navire à l'incompétence de l'équipage, en passant par des travaux d'agrandissement illégaux qui ont affaibli sa flottabilité. La lenteur des secours avait également été mise en cause, de même que leur manque de coordination. A la suite du désastre, la présidente Park Geun-Hye avait promis une refonte complète des règles de sécurité en vigueur dans le pays.

Le gouvernement a annoncé mercredi qu'il allait commencer à indemniser les familles, à hauteur de 380'000 dollars US (350'000 euros) pour chacun des écoliers décédé. Cette annonce a provoqué la colère d'associations de victimes qui refuse d'accepter ces indemnités pour solde de tout compte.

«La priorité du gouvernement ne devrait pas être d'allouer des compensations financières mais d'aller au fond du problème, de récupérer l'épave et de trouver les (neuf, NDLR) dernières personnes disparues», ont-elles indiqué dans un communiqué.

(afp)

Ton opinion