France: Des parents séquestrent des institutrices dans l'école
Actualisé

FranceDes parents séquestrent des institutrices dans l'école

Des parents d'élèves retenaient toujours mercredi matin trois institutrices d'une école primaire de Laroque d'Olmes (Ariège) et d'autres parents en séquestraient cinq à Pompertuzat (Haute-Garonne) pour protester contre la fermeture de classes

A Laroque d'Olmes, les trois enseignantes de l'école primaire, dont la directrice, étaient toujours bloquées dans l'école mercredi matin tandis qu'une réunion se tenait à la mairie avec les élus locaux, la préfecture et la gendarmerie.

Les parents d'élèves ont «pris possession de l'école» mardi soir, après avoir appris que l'Education nationale avait décidé de supprimer le poste d'une institutrice, estimant qu'il n'y avait pas assez d'enfants. Dans cette école, il y a 47 élèves pour trois classes de CM1, CM2 et une classe CM1/CM2.

A Pompertuzat, cinq enseignantes de la maternelle, dont la directrice, étaient séquestrées depuis mardi soir pour dénoncer la suppression d'une classe parce qu'il manque cinq enfants, a déclaré à l'AFP une élue de la FCPE, Corinne Viguié.

«La rentrée a déjà démarré, les enfants sont avec leur maîtresse», a-t-elle noté, soulignant le traumatisme que risquent de vivre les élèves. Actuellement, il y a 23 à 24 enfants par classe, et la fermeture de l'une d'elle conduirait à des effectifs de 29 ou 30, a-t-elle précisé.

A Laroque d'Olmes, les protestataires dénoncent aussi la suppression de la classe après la rentrée. Nous «exigeons son maintien, au moins jusqu'à la fin de l'année. Qu'ils les laissent terminer l'année», a déclaré à l'AFP la mère d'une élève de l'école, Elisée Maury. (afp)

Ton opinion