Des petites villes norvégiennes au bord de la banqueroute

Actualisé

Des petites villes norvégiennes au bord de la banqueroute

Plusieurs petites villes norvégiennes traversent de sérieuses difficultés financières, après s'être lancées dans des investissements liés aux crédits hypothécaires à risque.

Le gouvernement refuse de les renflouer.

«C'est un cas triste et très sérieux. Les municipalités en question doivent à présent faire face à des pertes énormes pour un montant encore inconnu», a déclaré à l'AFP Ole Morten Geving, le secrétaire d'Etat aux Finances. «Les villes ont commis des erreurs, elles doivent en assumer les conséquences», a-t-il ajouté.

Selon certaines informations de presse, environ huit villes ont investi au total 850 millions de couronnes (172 millions de francs) en dettes obligataires créées par Citigroup plus tôt cette année, dont les villes de Hattfjelldal, Hemnes, Narvik et Rana, situées autour du cercle polaire.

Citigroup a depuis été frappé par des pertes consécutives à la crise des «subprime», qui a débuté par le ralentissement du marché immobilier américain. Terra Securities, la maison de courtage norvégienne qui avait monté les investissements, a perdu sa licence jeudi suite à une enquête menée par l'autorité financière du pays.

Critiques

«Nous sommes très critiques sur la manière dont ils ont mené leurs relations clientèle», a dit à l'AFP Terje Solheim, porte- parole de l'autorité financière norvégienne. Il a ajouté que la licence avait été officiellement retirée après que Terra Securities a été poursuivie pour banqueroute et le directeur exécutif Ola Sundt Ravnestad a démissionné mercredi.

Selon les médias, les villes ont été contraintes d'investir plus d'argent alors que leurs investissements s'effondraient. L'autorité financière s'est saisi du dossier après que les municipalités ont annoncé le 19 novembre qu'elles cesseraient de payer.

Les 78 banques norvégiennes qui détiennent Terra Securities, appelées à assumer leur «responsabilité morale», ont indiqué qu'elles n'avaient pas l'intention de renflouer les villes, de même que le gouvernement norvégien. (ats)

Ton opinion