Vaud/Valais: Des pics de pollution à cause de la chaleur
Actualisé

Vaud/ValaisDes pics de pollution à cause de la chaleur

La région du Chablais a dépassé le seuil de pollution autorisé par la loi fédérale, soit les 50 microgrammes par m3. En cause, la sécheresse de novembre et un manque de circulation de l'air.

par
Joël Espi

Un médecin du HUG a mis en garde mercredi, lors de l'émission de la RTS «On en parle», les personnes sensibles aux aux microparticules (PM10). Celles-ci encourraient des problèmes pulmonaires, cardiaques, voire la mort à cause des pics de pollution enregistrés dernièrement dans certaines régions romandes.

La France voisine est même encore plus touchée. Les départements des deux Savoies et de l'Ain ont déjà pris des mesures contre ce «SMOG hivernal». Les automobilistes français doivent en effet ralentir, afin de diminuer les émissions nocives de leur véhicule.

«le phénomène est moins grave chez nous», explique Sylvain Rodriguez, du service vaudois de l'environnement. Si la France dépasse régulièrement les 50 g/m3 ces derniers jours, la valeurs suisses ont plutôt tendance à se trouver légèrement en-dessous de la limite autorisée. Dans le Chablais, à Aigle et Massongex, les centrales de mesures sont mêmes placées de part et d'autre des zones industrielles les plus polluantes.

En Suisse, on communique à la population à partir d'un taux de 75 g/m3. Une «zone de tolérance» existe donc après la limite des 50 microgrammes. Et comme pour une date de péremption d'un yaourt, «ce n'est pas avec une unité de plus que les gens vont tomber malades», explique Sylvain Rodriguez.

Le spécialiste admet tout de même que les populations sensibles peuvent commencer à être touchées. Aux urgences de l'hôpital du Chablais, il n'y a d'ailleurs pas eu d'augmentation récente du nombre patients touchés par des infections pulmonaires, hormis la recrudescence saisonnière.

Ton opinion