Des pilleursd'œufs de cygnes sévissent autour du Léman
Actualisé

Des pilleursd'œufs de cygnes sévissent autour du Léman

Vaud – Des trafiquants d'œufs opèrent sur l'arc lémanique. Trois voleurs, dénoncés récemment, risquent jusqu'à 1000 fr. d'amende

C'est l'époque de ponte pour les cygnes et de la «chasse» pour certains. Pas plus tard que la semaine passée, à la suite d'une intervention dans une propriété à Bursinel, un surveillant de la faune et un garde-pêche ont constaté la disparition d'environ cinq œufs d'une couvée. L'œuvre d'un renard, de rats ou de braconniers? Impossible à dire. Mais ce genre de vol existe bel et bien. Ces dernières semaines, trois cas bien distincts ont été constatés, deux à l'ouest du canton et un dans la région lausannoise. Les auteurs ont été dénoncés auprès de la préfecture. Car «le prélèvement d'œufs d'animaux sauvages est interdit», rappelle Philippe Gmür, conservateur de la nature dans le canton de Vaud. L'opération se déroule au petit matin, à pied ou en bateau, selon des témoignages recueillis par Patrick Jacot, président du Centre ornithologique de réadaptation à Genthod (GE). Qu'advient-il alors du butin? «Il existe un commerce illégal de ces œufs dont la dimension et la solidité sont appréciées par des personnes qui les peignent», poursuit Philippe Gmür. Vidés et décorés, les objets peuvent être vendus notamment sur les marchés de la région, selon Patrick Jacot. D'autres actes malveillants touchent l'oiseau migrateur. Le scientifique se souvient qu'à Genève un palmipède a eu la tête arrachée, et que d'autres ont reçu des aiguilles lancées à la sarbacane ou encore de la peinture.

Sophie Roselli

Ton opinion