Brésil: Des pluies diluviennes sèment la mort
Actualisé

BrésilDes pluies diluviennes sèment la mort

Rio de Janeiro a sombré depuis lundi soir dans le chaos en raison de pluies diluviennes qui ont fait au moins 95 morts.

Ce sont les pires pluies de l'histoire de Rio de Janeiro. Au moins 95 personnes ont été tuées dans les glissements de terrain provoqués dans les favelas par des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville, où la montée des eaux a paralysé la circulation automobile et la quasi-totalité de l'activité économique mardi dans la deuxième ville du Brésil.

«Pour l'instant, 95 personnes sont mortes et 44 autres ont été hospitalisées», a expliqué un porte-parole des pompiers, qui coordonnent les secours, sous couvert de l'anonymat. Il a dit s'attendre à ce que le bilan s'alourdisse.

Près de 30 centimètres de pluies se sont abattues sur la ville en moins de 24 heures, et le maire Eduardo Paes, a exhorté les Cariocas à rester chez eux et annoncé la fermeture de toutes les écoles, alors que de nouvelles pluies sont attendues.

«Ce sont les pires inondations de l'histoire de Rio de Janeiro, la plus grande quantité de pluie en une seule journée», a déclaré le président Luiz Inacio «Lula» da Silva à la presse. Et quand l'homme de là-haut est nerveux et fait pleuvoir, nous ne pouvons que lui demander d'arrêter la pluie à Rio de Janeiro pour que la vie puisse continuer dans la ville», a-t-il ajouté.

Favelas ensevelies

La terre rouge a cédé dans les favelas accrochées à flanc de colline, écrasant et renversant les maisons de bois ou de béton, ensevelies sous des tonnes de boue. Des glissements de terrain qui menaçaient encore au moins 10.000 logements, dans cette immense cité de six millions d'habitants.

Et le maire a appelé tous ceux qui vivent dans les secteurs à risques, sur ces collines vertigineuses où sont installés les quartiers pauvres, à ne pas sortir de chez eux. «Il n'est pas recommandé de sortir de chez soi. Nous voulons préserver les vies», a déclaré Eduardo Paes.

Le précédent record de pluies à Rio, 24 centimètres en 24 heures, remonte au 2 janvier 1966, a ajouté le maire.

Sur les autoroutes, des milliers d'automobilistes sont restés bloqués toute la nuit par la montée des eaux, plus de 20 centimètres de pluie s'étant abattues sur Rio mardi.

«Je n'ai jamais rien vu de pareil»

Sergio Simoes, chef de la protection civile de Rio de Janeiro, a déclaré à la chaîne TV Globo que cette quantité de pluie était «plus que n'importe quelle ville est en mesure de supporter».

«Je n'ai jamais rien vu de pareil», soupirait Claudio Ribeiro, chauffeur de taxi de 24 ans, qui a passé huit heures coincé sur une autoroute dans son véhicule. «Regardez ce chaos! Comment voulez-vous que cette ville accueille les jeux Olympiques?», lançait-il.

Rio de Janeiro doit accueillir la coupe du monde de football en 2014, et les jeux Olympiques en 2016. Mais le maire Eduardo Paes a invité les ouvriers travaillant sur ces chantiers à rester chez eux. Ces manifestations sportives n'auront pas lieu pendant la saison des pluies.

(ap)

Ton opinion