Libye : Des protestataires ferment des ports pétroliers

Actualisé

Libye Des protestataires ferment des ports pétroliers

Des terminaux pétroliers libyens ont été contraints d'arrêter leur production par des partisans du fédéralisme armés, protestant contre la répartition des de l'assemblée nationale qui doit être élue samedi.

A Ras Lanouf, un des terminaux pétroliers les plus importants en Libye, «le port est fermé. Le pompage et le chargement du pétrole sont arrêtés», a indiqué un responsable des opérations au port pétrolier.

«Un groupe de 15 personnes est arrivé à 21H30 et nous a demandé pacifiquement et amicalement d'arrêter les opérations au port», a déclaré Toumi Chakari.

Le responsable du port d'Al-Sidra a pour sa part indiqué que le port situé à 35 km à l'ouest de Ras Lanouf était à l'arrêt. Tarek al- Tahi a précisé qu'«à 19H30, un groupe de personnes est venu à bord de véhicule, armé de canons anti-aériens et nous a demandé d'arrêter la production du pétrole et le chargement des cargos».

«Nous avons été forcés à arrêter la production», a-t-il déploré, ajoutant que les ports de Ras Lanouf, al-Harouj et Brega, plus à l'est ont connu le même sort.

Plus tôt, Ibrahim al-Jadhran, un des chefs des protestataires, a indiqué que le port d'Al-Sidra été fermé et qu'ils se dirigeaient vers le terminal de Brega, pour le fermer. Ras Lanouf est situé à 370 km à l'ouest de Benghazi, deuxième ville du pays.

Appel au boycott des élections

Un responsable de la plus importante compagnie pétrolière à l'est, l'Arabian Gulf Oil Company (Agoco) a confirmé la fermeture des deux ports.

Des partisans du fédéralisme - réclamant plus de sièges dans l'Assemblée constituante de 200 membres appelée à être élue samedi - ont appelé au boycott des élections et menacé de saboter le processus électoral.

Dimanche, ils ont saccagé les locaux de la Commission électorale à Benghazi, tandis qu'à Ajdabiya, entre Ras Lanouf et Brega, un dépôt contenant du matériel électoral a été incendié jeudi par des inconnus.

Ces protestataires exigent une «répartition équitable» des sièges du Congrès général national, et fustigent le choix des autorités d'accorder, sur la base de données démographiques, 100 sièges à l'Ouest, 60 à l'Est et 40 au Sud.

Fin mai, les autorités ont indiqué que la production de pétrole en Libye a atteint 1,55 million de barils par jour, soit quasiment celle d'avant le début du conflit dans le pays en février 2011.

(ats)

Ton opinion