Grisons - Des pubs sur les sommets créent la polémique
Publié

GrisonsDes pubs sur les sommets créent la polémique

Pour son 150e anniversaire, la Banque cantonale des grisons a disséminé des QR Codes dans les montagnes du canton, pour que chacun apporte sa contribution à un livre d’or numérique.

Des plaquettes comme celle-ci ont été placées sur des sommets grisons.

Des plaquettes comme celle-ci ont été placées sur des sommets grisons.

Mountain Wilderness Schweiz

Depuis l’année dernière, quiconque gravit l’un des 150 sommets des Grisons peut tomber sur une plaquette comportant un QR Code. Une fois scanné, il propose aux montagnards de se prendre en photo ou d’envoyer une image qui fera partie d’un livre d’or numérique créé pour célébrer les 150 ans de la Banque cantonale des Grisons.

L’idée fait bondir l’organisation Mountain Wilderness Suisse. «Nous sommes d’avis que les sommets sauvages ne doivent pas devenir des espaces publicitaires, écrit le mouvement. Ces atteintes sont inacceptables et dégradent la nature sauvage des montagnes.»

Retrait exigé

«Nous voulions réaliser quelque chose de marquant dans le cadre des 150 ans de l’établissement, se défend Martin Rust, chef de projet auprès de la banque. Ces panneaux de 15 centimètres par 40 ont été placés l’été dernier. Mais il n’y a pas d’arrière-pensée commerciale», assure-t-il. L’autorisation d’installer ces plaquettes a du reste été demandée à toutes les municipalités concernées.

Une rencontre avec des représentants de Mountain Wilderness Suisse a eu lieu. Mais si le responsable de la banque évoque une «bonne conversation», le directeur de campagne de Mountain Wilderness Suisse n’en a pas la même vision: «Il n’y a eu aucune réponse à nos demandes. Du coup, nous avons lancé une pétition en ligne qui exige que, d’ici à la fin de l’année, au moins 100 des 150 panneaux soient retirés», commente Tim Marklowski.

Du mazout brûle sur le Cervin

Le 8 février 2018, l'ancien champion de ski valaisan Pirmin Zurbriggen avait été héliporté au sommet du Cervin et avait mis le feu à un baril de fuel. L’opération s’était déroulée dans le cadre de la candidature de Sion aux Jeux olympiques de 2026. Christian Constantin, qui avait eu l’idée de l’action avait été condamné à 200 francs d’amende et 254 francs de frais pour cela.

(sos/jbm)

Ton opinion

65 commentaires