Des relents sexistes encombrent la campagne
Actualisé

Des relents sexistes encombrent la campagne

PARIS – La politique n'est pas tendre avec les femmes. Le sexisme s'invite dans la campagne présidentielle.

«Erection présidentielle». Voilà le titre du dernier spectacle de l'imitateur français Gérald Dahan. Sur l'affiche, une femme brune de dos et une rose rouge évoquent la candidate socialiste Ségolène Royal. C'est le même humoriste qui avait monté un canular téléphonique à la politicienne en se faisant passer pour le premier ministre du Québec. Aurait-il fait la même chose à un candidat masculin? Force est de constater que les attaques contre les femmes candidates sont sexistes, et ce n'est pas nouveau. «Va t'occuper de tes gosses!» lançait-on déjà à la socialiste l'automne dernier. Les appréciations sur son physique ou ses tenues n'ont pas été rares non plus. Le magazine Elle rapporte aussi que Ségolène Royal a subi des attouchements pendant ses déplacements. Dans les bains de foule, il est facile de glisser sa main sur des seins ou des fesses «sans faire exprès». Bien sûr, le phénomène n'est pas nouveau. Il n'est qu'à se rapeller les relations houleuses de Dominique Voynet avec les chasseurs lorsqu'elle était ministre. Les détracteurs avaient manifesté sous les fenêtres de l'écologiste avec des poupées gonflables.

(mtg)

Une dizaine de candidats dans la course à la présidentielle française

PARIS – Les candidats ont jusqu’à aujourd’hui pour déposer leurs 500 signatures. La liste officielle sera dévoilée lundi. Nicolas Sarkozy (UMP), Ségolène Royal (PS), François Bayrou (UDF), Marie-George Buffet (PCF), Jean-Marie Le Pen (FN), Philippe de Villiers (MPF), Dominique Voynet (Verts), Arlette Laguiller (FO) et Gérard Schivardi (extrême gauche) sont qualifiés. Olivier Besancenot (LCR) et José Bové (indépendant) attendent encore. Votez pour votre favori sur www.france2007.20min.ch

Ton opinion