Des restaurants à l'hygiène douteuse
Actualisé

Des restaurants à l'hygiène douteuse

Les restaurants sont en tête de liste des foyers d'intoxication alimentaires.

Un tiers des intoxications alimentaires enregistrées en Suisse au cours des dernières années serait contractées dans des restaurants. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pointe du doigt un manque d'hygiène. Par ailleurs, les oeufs importés restent problématiques.

Quelque 2.150 personnes ont été victimes d'intoxications alimentaires entre 1994 et 2006, selon le Bulletin de l'OFSP publié lundi. Les 1.600 victimes de gastro-entérites en raison d'une contamination par les égouts du réseau d'eau potable de La Neuveville (BE) en 1998 n'ont pas été prises en compte. La preuve de l'origine alimentaire a pu être apportée dans 137 foyers d'intoxications.

Concernant les lieux où les personnes touchées ont été infectées, les restaurants figurent en tête de liste, avec 48 foyers d'intoxication alimentaire. Les restaurants occupaient déjà le premier rang lors de l'évaluation précédente, qui portait sur les années 1982 à 1991. Les hôpitaux et les homes suivent, ce qui fait que les lieux de restauration collective sont à l'origine de 85% des intoxications alimentaires. L'OFSP relève que le taux d'infection pourrait être quasi nul sur ce type de lieux si les mesures d'hygiène prévues par la législation étaient appliquées correctement.

Une partie des épidémies surviennent également dans les ménages privés (14) et les fêtes privées (10). Ce domaine n'est pas soumis au contrôle des denrées alimentaires de l'OFSP. Selon ce dernier, les pouvoirs publics devraient mieux informer quant aux règles d'hygiène indispensables en matière de préparation et de stockage des aliments. En 12 ans, sept foyers d'infections alimentaires ont été enregistrés dans le cadre du service militaire et six pendant un camp de vacances.

Str: Gare aux oeufs!

Dans huit cas sur dix, l'intoxication était due à des aliments d'origine animale. Il s'agissait en grande partie de mets contenant des oeufs crus, comme le tiramisu ou la mayonnaise. En Suisse, les fermes avicoles font l'objet d'une surveillance intensive pour détecter l'agent pathogène à l'origine des salmonelles et seules 0,85% des entreprises sont contaminées. Par contre, dans l'Union européenne (UE), le taux est de 31%. L'adaptation à la législation européenne risque d'entraîner un relâchement de la surveillance, prévient l'OFSP. Les contrôles ne sont désormais obligatoires que pour les élevages comptant plus de 1.000 poules, alors qu'ils l'étaient auparavant à partir de 50 poules.

Les produits industriels présentent un haut degré de sécurité. Par contre, des possibilités d'amélioration subsistent dans le domaine des produits artisanaux, en particulier pour certains types de fromages, note l'OFSP. Les épidémies ayant pour origine l'eau de boisson sont rares en Suisse. AP

fr (ap)

Ton opinion