Otages en Irak: Des restes humains retrouvés en Irak pourraient être ceux d'un otage
Actualisé

Otages en IrakDes restes humains retrouvés en Irak pourraient être ceux d'un otage

Les autorités irakiennes ont remis mercredi aux représentants du Royaume-Uni en Irak le corps d'un homme qui, selon elles, pourrait être celui d'un des otages britanniques enlevés à Bagdad en mai 2007, a annoncé le ministre des Affaires étrangères David Miliband.

«Les autorités irakiennes ont reçu plus tôt aujourd'hui un corps qu'elles pensent, sans pouvoir le confirmer pour le moment, être celui de l'un des otages britanniques capturés à Bagdad le 29 mai 2007», a indiqué M. Miliband dans un communiqué.

«Les autorités irakiennes ont remis le corps aux représentants britanniques cet après-midi. Nous ne pouvons pas encore confirmer définitivement que ces restes sont ou non ceux d'un otage britannique, ni duquel», a ajouté M. Miliband.

Un porte-parole du Premier ministre Gordon Brown a pour sa part précisé que le chef du gouvernement était «profondément attristé qu'un corps supplémentaire, que les autorités irakiennes pensent être celui d'un des otages britanniques capturés en 2007, ait été remis à l'ambassade britannique à Bagdad».

«Un processus est désormais en cours pour établir de manière urgente son identité», a relevé cette source.

Peter Moore, un consultant employé par l'entreprise américaine de management BearingPoint qui travaille en sous-traitance pour le gouvernement américain afin de relancer l'économie irakienne, a été enlevé avec ses quatre gardes du corps britanniques par 40 hommes portant des uniformes de police, au ministère des Finances à Bagdad, le 29 mai 2007. Les gardes du corps travaillaient pour la société de sécurité canadienne Garda World.

En juin dernier, deux corps avaient été remis aux Britanniques et identifiés plus tard comme étant ceux des gardes du corps Jason Creswell, 39 ans, de Glasgow (Ecosse), et Jason Swindlehurst, 38 ans, de Skelmersdale (nord-ouest de l'Angleterre).

Fin juillet, Gordon Brown avait indiqué que les deux autres gardes du corps encore retenus -Alan McMenemy et Alec MacLachlan- étaient «très probablement» morts, estimant que le dernier otage était encore en vie.

M. Miliband a souligné mercredi soir que les autorités britanniques continuaient de penser que Peter Moore était «toujours vivant».

«Nous restons en contact rapproché avec ceux qui en Irak pourraient être en mesure de nous aider à assurer la libération des otages», a-t-il indiqué. «La bouleversante nouvelle d'aujourd'hui ne va pas altérer notre détermination», a poursuivi M. Miliband.

«La capture d'otages n'est jamais justifiée. La position durable du Royaume-Uni est claire : nous discutons avec quiconque serait susceptible de nous aider mais nous ne faisons pas de concessions aux preneurs d'otages. Ce n'est pas une politique facile à suivre -c'est parfois un supplice- mais c'est adéquat», a relevé le secrétaire au Foreign office.

De son côté, le père de Peter Moore, Graham, a simplement dit attendre que «l'on confirme» l'identité de l'homme dont le corps a été remis.

«Il y a toujours cette petite touche d'incertitude, mais l'information qui est parvenue d'Irak suggère qu'ils ont séparé très tôt Peter des autres», a-t-il ajouté, s'exprimant de chez lui, à Wigston, dans le centre de l'Angleterre.

(afp)

Ton opinion