Actualisé 04.03.2010 à 23:02

LausanneDes rois de l'antifichage se mettent à la délation

Des militants de gauche diffusent des photos en gros plan de manifestants UDC. En veillant à ne pas être eux-mêmes reconnaissables!

von
Raphaël Pomey

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. L'extrême gauche lausannoise, reine de la lutte contre le fichage, vient d'appliquer ce principe à la lettre. Rassemblée devant l'Hôtel de Ville, mardi, pour troubler une manifestation UDC, elle en a profité pour photographier les membres du camp adverse. Et pour publier leurs photos, parfois en gros plan, sur le Net.

Jusqu'ici, pas de problème: qui participe à une manif dans un lieu public doit s'attendre à voir sa bobine dans les médias. Sauf que sur ces mêmes images, les altermondialistes ont eu droit à des visages soigneusement floutés, pour cacher leur identité. Une asymétrie de moyens qui «laisse supposer une volonté de brocarder les militants UDC», juge un expert.

Le procédé choque d'autant plus qu'en juin dernier, les mêmes altermondialistes avaient défilé en ville pour dénoncer le fichage systématique dont ils s'estimaient victimes de la part de la police. Présent à l'époque, le député Jean-Michel Dolivo (A gauche toute!) reconnaît que la publication des photos n'est pas une bonne idée: «Clouer les gens au pilori est toujours une erreur.» Du côté de l'UDC, on se montre tranquille: «Peu m'importe d'être pris en photo, j'assume mes idées», note Kevin Grangier, président des jeunes UDC vaudois. Il précise que les auteurs des photos ont à leur tour été filmés par ses camarades.

Reste une bonne nouvelle: comme la soirée de mardi s'est bien déroulée, la police n'a pas pris de photos. Elle est bien la seule...

Le témoignage d’un journaliste victime collatérale

Les cheveux très courts, costaud, l’auteur de ces lignes peut facilement faire couleur locale dans une manifestation de la droite dure. C’est sans doute la raison pour laquelle, sur les photos publiées par les altermondialistes, il n’a pas eu la chance d’avoir son visage flouté. Pourtant, s’il se trouvait, mardi, auprès des sympathisants du parti agrarien, c’était dans le seul but de faire son travail. Espérons que la prochaine fois, les délateurs appliqueront les principes qu’ils affirment défendre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!