Valais: Des saint-bernards souffrent pour les touristes
Actualisé

ValaisDes saint-bernards souffrent pour les touristes

La Protection haut-valaisanne des animaux dénonce des conditions de détention inacceptables, à Zermatt, pour les chiens qui servent à égayer le séjour des vacanciers.

par
Cédric Knapp/ofu

Les touristes qui souhaitent ramener un souvenir authentique de leur passage à Zermatt (VS) peuvent se faire photographier avec des chiens de la race saint-bernard. Une pratique qui irrite Sylvia Nanzer, de la Protection haut-valaisanne des animaux: «Dans un cas extrêmement grave, nous avons vu sept chiens installés dans une maison vide. Personne ne les sortait pour les promener. Parfois, ils restaient seuls, sans soins, pendant plusieurs jours.» Sylvia Nanzer est soutenue par la Protection suisse des animaux. «Nous avons observé la situation sur place et nous avons été confrontés à des conditions de détention désolantes. Certains saint-bernards sont enfermés toute l'année», confirme Julika Fitzi.

De son côté, le président de la commune de Zermatt, Christoph Bürgin, affirme que les différents élevages de saint-bernards, où on peut aller faire des photos, ont déjà subi plusieurs contrôles de l'Office vétérinaire et qu'à chaque fois tout était en ordre. Il note cependant qu'il ignore ce qui se passe exactement lorsque les toutous sont photographiés à l'extérieur, devant un décor de montagnes. Les habitants de la station valaisanne, eux, contredisent ses propos. Selon eux, il y a déjà eu plusieurs incidents où les saint-bernards auraient attaqué d'autres chiens. Un petit chien aurait ainsi été tué début janvier.

Yeux infectés

«Les saint-bernards commencent à avoir des comportements étranges parce qu'ils sont isolés la plupart du temps et qu'ils sont contraints d'endurer des séances photo. Ils s'ennuient parce qu'ils ne bougent pas assez. Quand ils sont pris en photo, ils doivent rester assis, sans bouger, parfois pendant plusieurs heures. Ils ont des infections aux yeux parce qu'ils restent trop longtemps au soleil ou sur la neige», explique Sylvia Nanzer.

Elle regrette par ailleurs qu'il soit impossible de parler avec les propriétaires des chiens. «Plusieurs entreprises sont responsables de ces animaux. Mais c'est aussi en partie une question de mentalité. Un propriétaire, par exemple, vient du Portugal, où les conditions de détention semblent être différentes qu'ici en Suisse.» Nos collègues alémaniques de «20 Minuten» ont tenté, en vain, de contacter ce propriétaire portugais. Sur son site on peut lire: «Nos chiens vivent dans un espace flambant neuf qui leur est entièrement destiné.»

Ne pensant pas que les firmes organisant ces séances photo changeront, Sylvia Nanzer tente désormais de convaincre les touristes de renoncer à cette habitude de poser avec des saint-bernards.

Cette vidéo a été tournée a Zermatt en février 2014 et montre des chiens dans leurs locaux où les excréments jonchent le sol:

Ton opinion