Actualisé 07.10.2010 à 12:46

FranceDes sans-papiers occupent la cité de l'immigration

Quelque 500 salariés sans-papiers ont entamé jeudi matin l'occupation de la Cité nationale de l'histoire de l'Immigration à Paris, pour demander l'application des dispositions sur la régularisation par le travail.

500 salariés sans-papiers occupent symboliquement la cité de l'immigration, à Paris.

500 salariés sans-papiers occupent symboliquement la cité de l'immigration, à Paris.

«On est 500 depuis ce matin à la Cité de l'Immigration», a affirmé à l'AFP Raymond Chauveau, coordinateur pour le syndicat CGT des grèves menées en 2008 et 2009 des salariés sans-papiers.

Ce chiffre a été confirmé par la préfecture de police de Paris.

«Il y a depuis juin un texte qui permet de régulariser tous les sans-papiers, il permet des avancées, mais les grévistes sont exclus de sa mise en oeuvre. Nous demandons au gouvernement de respecter ses engagements et de délivrer sans attendre des récépissés aux 6.804 grévistes dont il a la liste», a expliqué M. Chauveau.

Un accord avait été trouvé le 18 juin avec le ministère de l'Immigration et la Direction générale du Travail pour faciliter la régularisation par le travail, notamment des intérimaires et employés à domicile.

L'accord, arraché après huit mois de grèves et occupations d'entreprises, devait aussi éviter les différences de traitement entre préfectures. Il fixe les critères d'application de la loi de novembre 2007 sur l'immigration, valables pour un dépôt de dossier jusqu'en mars 2011.

Mais le 30 septembre, une lettre du ministère de l'Immigration autorisant les salariés sans papiers ayant fait grève à rester en France sans être inquiétés a expiré et la CGT estime que «ça n'avance pas».

L'accord a débouché sur 58 autorisations provisoires de séjour pour 1.800 dossiers déposés. Le ministère a fait valoir auprès de l'AFP que «bon nombre de dossiers déposés sont incomplets».

Ouverte en 2007, la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration est située au Palais de la Porte Dorée, dans l'ancien ministère des Colonies. Elle a pour vocation de faire connaître au public l'apport de l'immigration en France. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!