Actualisé 25.01.2013 à 09:21

Armée Des simulateurs utiles, mais aussi très chers

Les simulateurs utilisés par l'armée pour former par exemple les pilotes sont très utiles, mais onéreux. Le Contrôle fédéral des finances demande donc que des mesures soient prises pour mieux maîtriser les coûts.

Pour faire face aux coûts, l'armée suisse pourrait davantage collaborer avec l'étranger en matière de formation.

Pour faire face aux coûts, l'armée suisse pourrait davantage collaborer avec l'étranger en matière de formation.

L'armée suisse a investi plus de deux milliards de francs pour ces simulateurs, ce qui la place au premier plan en comparaison internationale. Le Contrôle fédéral des finances a voulu en savoir plus. Il a notamment examiné le recours aux simulateurs de conduite de véhicules, de vol, tactiques et de commandement.

Moins utilisés que prévu

Leur utilité pour la formation est incontestable, conclut-il dans un rapport publié vendredi. La facture est toutefois très lourde, si l'on cumule les coûts d'investissement, d'entretien et d'exploitation.

Pis, tous les appareils ne sont pas autant utilisés que prévu initialement. Dans certains cas, l'avantage financier par rapport à une formation sur le terrain ou avec des équipements réels n'a pas pu être démontrée.

Et la situation ne devrait pas s'améliorer à l'avenir, avec la réduction des effectifs de l'armée. Les périodes de faible utilisation vont être plus fréquentes. Le Contrôle fédéral des finances recommande donc d'optimiser l'utilisation des infrastructures disponibles.

L'armée suisse pourrait ainsi davantage collaborer avec l'étranger en matière de formation, davantage louer les simulateurs à des tiers et davantage engager ces appareils lors des cours de répétition. Dans certains cas, les simulateurs devraient être mis hors service.

Achats à justifier

Le Contrôle fédéral des finances invite aussi le Conseil fédéral, lors des futurs achats, à prouver, dans le programme d'armement, le potentiel d'économies sur la base d'une analyse coûts/utilité transparente. La rentabilité de ces systèmes devrait être analysée intégralement.

Le rapport se penche aussi sur les effets des simulateurs sur l'environnement. Ceux-ci ne sont pas chiffrables. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!