Actualisé 21.09.2017 à 17:45

LausanneDes squelettes refont surface sur un chantier

Les travaux du nouveau tunnel du LEB ont buté sur un ancien cimetière. La découverte - prévue - fait de nombreux curieux.

de
Mirko Martino
1 / 4
Les ossements ont été découverts sur le chantier du nouveau tunnel du LEB , à Lausanne. (21 septembre 2017)

Les ossements ont été découverts sur le chantier du nouveau tunnel du LEB , à Lausanne. (21 septembre 2017)

Lecteur reporter
Le parc de la Brouette était auparavant une gare de l'ouest de la ville. Une station construite en 1873 sur remblais du cimetière de St-Roch. (21 septembre 2017)

Le parc de la Brouette était auparavant une gare de l'ouest de la ville. Une station construite en 1873 sur remblais du cimetière de St-Roch. (21 septembre 2017)

DR
Des fouilles seront menées pendant plusieurs semaines. (21 septembre 2017)

Des fouilles seront menées pendant plusieurs semaines. (21 septembre 2017)

DR

Des personnes munies de gilets fluorescents penchées sur des trous contenant des ossements humains: c'est la scène qui attire l'oeil à l'avenue d'Echallens, à Lausanne, depuis quelques jours. Il s'agit d'anciennes tombes que les travaux pour la construction du nouveau tunnel ferroviaire du LEB, commencés le 21 août, ont permis de mettre au jour.

Mais la découverte n'est pas totalement une surprise. L'emplacement de l'actuel parc de la Brouette - surnom du train reliant la capitale olympique au Gros-de-Vaud - accueillait, jusqu'à l'inauguration de la gare souterraine de Chauderon en 1995, le terminus du LEB. Celui-ci avait été construit en 1873 sur les remblais du cimetière de St-Roch.

Site répertorié

«La typologie de ce secteur fait que l'on s'attendait à trouver quelque chose», relève Samuel Barbou, chef de projet du tunnel. Car le site était répertorié par la section d'archéologie cantonale, qui peut procéder à des sondages lors de l'ouverture d'un chantier.

«C'est notre rôle de vérifier les projets qui nous sont soumis, explique Nicole Pousaz, sa directrice. Dans le cas présent, nous ne savions pas si l'ancien cimetière avait été totalement détruit par la construction de l'ancienne gare.»

Pas de retard

Des fouilles seront donc menées durant quelques semaines. «Mais cela n'entrainera aucun retard, indique Samuel Barbou. Dans la planification, on essaie toujours d'inclure une marge de manœuvre.» Le planning prévoit une mise en service de l'ouvrage fin 2020. Ce tunnel permettra au LEB de circuler sur une double voie souterraine de 1,7 km de long, entre Union-Prilly et Lausanne-Chauderon.

Quant aux ossements et autres éventuels vestiges, certains pouvant dater du Moyen-Âge puisque ce cimetière existait déjà au XVIème siècle, ils seront répertoriés et étudiés, avant d'être confiés au musée cantonal d'archéologie et d'histoire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!