Paris: Des suppositoires servent de bombes pour al-Qaida
Actualisé

ParisDes suppositoires servent de bombes pour al-Qaida

Insérés dans le corps de kamikazes, de redoutables engins explosifs obligent les aéroports à repenser leur sécurité.

par
Nestor Delpino

Les services anti-terroristes français sont en émoi. Al-Qaida a apparemment trouvé une méthode sophistiquée pour perpétrer des attaques-suicides: l'utilisation de suppositoires explosifs. Les bombes, placées à l'intérieur du corps, ne peuvent pas être repérées par les détecteurs de métaux.

Selon une note secrète de la Direction centrale du renseignement (DCRI) français, publiée par Le Figaro de lundi, le premier attentat du genre s'est produit le 28 août en Arabie saoudite. Un islamiste s'est présenté au palais du prince Mohammed bin Nayef, responsable de la lutte anti-terroriste. Reçu en audience par le prince, le kamikaze a actionné sa bombe au moyen de son téléphone portable.

Pour le DCRI, cette affaire a des implications considérables pour les structures de sécurité dans les aéroports. «Nos plates-formes aériennes sont équipées de détecteurs de métaux, explique un commissaire de police spécialisé. Pour le kamikaze saoudien, seul un contrôle aux rayons X aurait permis de détecter l'explosif.»

Mais le Ministère français de l'intérieur juge impensable de soumettre les passagers à ce type de scanner, notamment à cause de l'exposition aux radiations. Une solution a toutefois été présentée par des criminalistes: confisquer les téléphones portables. «Il ne faut pas agir sur le récepteur, mais sur le déclencheur.»

Ton opinion